PARTAGER
Le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo avec Fatma Samoura, Sg de la Fifa.

Le ministre malien des Sports maintient sa décision de dissoudre la Fémafoot malgré les menaces de suspension de la Fifa.

Suite à la décision du Gou­ver­nement malien de dissoudre les organes dirigeants de la Fédération malienne de football, la réaction de la Fifa ne s’était pas fait attendre. Jeudi, l’instance dirigeante du football mondial avait déploré une ingérence et menacé de suspendre le Mali si la décision n’était pas annulée d’ici à vendredi minuit. Loin de céder, le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, en­fonce le clou. «La suspension du Mali aujourd’hui n’est pas une affaire de l’Etat, mais plutôt de ceux qui ont été sortis de la fédération. Ce que je leur ai demandé, c’est d’écrire eux-mêmes à la Fifa, pour dire qu’ils sont républicains, légalistes, et qu’ils sont derrière la décision de leur Etat. Dans ces conditions le Mali ne serait pas suspendu», a d’abord laissé entendre l’ancien président du Stade malien de Sikasso s’adressant aux membres du comité exécutif de la Femafoot qu’il vient de démettre.

«La Fifa n’est pas au-dessus de notre Etat»
«S’ils ne le font pas, on prendra les mesures nécessaires pour résoudre cette crise. Ce qu’il faut savoir, nous avons pris un avocat à Lausanne et toutes (les) correspondances échangées avec la Fifa sont des preuves de la bonne foi de l’Etat malien», a poursuivi le ministre, avant de «bomber le torse» devant Zurich. «La Fifa n’est pas au-dessus de notre Etat et ne le sera jamais. Si elle s’avisait à suspendre le Mali, nous allons attaquer sa décision. Nous avons plusieurs voies de recours, mais le plus important pour nous, c’est faire d’abord l’autopsie de la situation du football, trouver des personnes crédibles, mener des réflexions pour sortir notre pays définitivement de cette crise. Nous allons choisir des hommes et des femmes capables de trouver une solution à la crise», a poursuivi Housseini Guindo, avant de conclure. «Le football malien ne sera jamais devant l’Etat malien. Le football devient dangereux quand il ne respecte pas l’Etat.» Affaire à suivre.
Malijet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here