PARTAGER

Mamadou Ndoye, ex-Sg de la Ld, Cheikh Guèye, maire de Dieuppeul-Derklé, Souleymane Guèye Cissé, coordonnateur du mouvement Ld-débout font partie des 19 personnes suspendues samedi par le Bureau politique de la Ligue démocratique.

Par Mamadou SAKINE

Le Secrétaire général démissionnaire de Ligue démocratique (Ld), Mamadou Ndoye et 18 autres dont Cheikh Guèye, Souleymane Guèye Cissé, tous membres de la Ld-debout, ont été suspendus par le Bureau politique qui s’est réuni samedi, à l’Ecole nationale de déve­loppement sanitaire et social (Endss) pour une session extraordinaire. Sur le présidium, le Secrétaire général par intérim Nicolas Ndiaye, le porte-parole Moussa Sarr, Khoudia Mbaye, Bakary Badiane, Yoro Deh et Amadou Oumar Coulibaly, président du mouvement démocratique des jeunes. Ce dernier a été chargé pour la lecture de la résolution du Bp qui a constaté des «manquements graves à la discipline du parti, l’insubordination à ses décisions et délibérations, les démarches fractionnistes et les nombreux actes de défiance et de dissidence».
Face à la presse, Nicolas Ndiaye a déclaré : «Nous nous sommes conformés au Règlement intérieur et aux statuts de notre parti qui hiérarchisent les sanctions. Le Bureau politique peut suspendre en attendant le congrès, c’est ce que nous avons fait.» Concernant le départ inattendu de Mamadou Ndoye, la pilule amère ne passe toujours pas. «Le camarade a démissionné de la tête de notre parti en plein processus électoral. Nous n’avons rien dit ; au contraire, nous lui avons rendu hommage (…). Vous tous, vous avez entendu le camarade à l’émission Objec­tion (Sud Fm). Il a déballé les secrets qu’il avait avec le Président Macky Sall (l’affaire des 5 millions de F Cfa versés au parti chaque mois). Le but de cette démarche était très clair. Nous n’avons rien dit. Si la séparation est inévitable qu’elle se déroule dans de bonnes conditions. Il est possible de se séparer à l’amiable. Mais il est inadmissible de se mettre à invectiver, à qualifier les camarades de corrompus, de partisans de l’idéologie alimentaire, d’être là pour des privilèges», regrette-t-on. Pour le cas de Cheikh Guèye, qui est plus proche de Khalifa Sall, Nicolas Ndiaye a rappelé qu’il avait ramé à contre-courant des directives du parti lors du référendum de 2016 et des élections législatives. «Quand ils disent Ld-debout, cela sous-entend que le reste de la Ld est soit couché, soit accroupi. Ça veut dire que le nom de Ld, pour eux, était négativement chargé. Et c’est pour cela qu’ils ont ajouté le mot débout», estime-t-il.

Suspension avant le congrès de la Ld-debout samedi
Une suspension qui intervient donc à une semaine du congrès convoqué par la Ld-debout pour samedi prochain. Apparemment, Nicolas Ndiaye et Cie ont voulu court-circuité les frondeurs. Le Bureau politique voit dans ce congrès d’ailleurs «une incohérence dans la démarche et une tentative d’usurpation du sigle de la Ld». Mais tout de même, il dit : «Si les camarades de Ld debout qui ont été sanctionnés font amende honorable, rien ne s’oppose à ce que le bureau politique prenne la décision de les réintégrer dans le parti. Par contre, s’ils continuent dans leur lancée, le congrès va les exclure du parti. Mais en attendant la sanction se limite à la suspension», précise-t-il. En attendant, le bureau politique promet la tenue du 8ème congrès ordinaire de la Ld au plus tard en octobre 2018.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here