PARTAGER

Emus par les crimes odieux perpétrés sur certains compatriotes, certains leaders d’opinion ont réclamé le rétablissement de la peine de la mort, abolie en 2004. Mais le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Justice, chargé de la promotion des droits humains et de la bonne gouvernance, Mamadou Saliou Sow, n’épouse pas cette idée. Selon lui, «la peine de mort est un traitement dégradant. Au Sénégal, nous ne pourrons pas l’appliquer en ce moment dans ce pays». Toutefois, il compatit à la douleur de la famille et souhaite qu’il y ait davantage de protection des citoyens. «Je pense qu’aujourd’hui l’Etat est en train de le faire, mais comme on a l’habitude de le dire on ne peut pas mettre un policier à la porte de chaque maison», ajoute M. Sow. Qui pense que l’Etat prendra toutes les dispositions pour sanctionner le coupable. «Car le Sénégal est un Etat de droit», rappelle-t-il.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here