PARTAGER

Le vaccin contre le Covid-19 sera trouvé à condition de multiplier les prières, selon Mame Libasse Laye. L’imam de Layène appelle les Sénégalais à un retour vers Dieu.

La prière en plein Covid-19 n’est pas chose aisée. A Yoff-Layène, l’organisation Vision 129 s’est évertuée à faire respecter les mesures barrières pour les milliers de fidèles venus prier dans l’enceinte de Diamalaye qui abrite le mausolée de Seydina Limamou Laye, guide des Layènes lors de la célébration de la Tabaski fêtée vendredi dernier. Seuls deux portails sont ouverts pour fouler le sable fin du sanctuaire de Seydina Limamou Laye. Le gel désinfectant est posé sur les mains de chaque fidèle tandis que des masques sont distribués à ceux qui n’en disposent pas. Les fidèles, assis à même le sol chauffé par des rayons solaires qui ont supplanté un ciel orageux, suivent l’office qui s’est déroulé sous la direction de l’imam Mame Libasse Laye Thiaw, petit-fils de Seydina Limamou Laye.
Il fallait venir tôt pour y assister. Fixée d’habitude à 9h, la prière a débuté à 8h 30 pour éviter toute déferlante humaine, propice à une contamination au coronavirus. Cette pandémie a occupé une bonne partie du sermon de l’imam. «La sensibilisation sur la prière doit être accentuée. Prier Dieu est l’unique voie qui pourrait nous permettre de trouver une solution définitive à cette pandémie. Si Dieu accepte nos prières, le vaccin contre le Covid-19 sera trouvé», a prêché Mame Libasse Laye devant les fidèles tout de blanc vêtus. L’imam ajoute : «On doit continuer à prier. La maladie est en train de progresser à des proportions qui inquiètent. Ce n’est pas important de se focaliser sur ça. Cette maladie est une malédiction que Dieu a répandue sur terre. Elle va prendre fin le jour où Dieu le décidera. La prière est notre arme et on doit s’habituer à la faire. On ne peut pas faire la prière aujourd’hui et tout de suite voir les résultats.»
Mame Libasse Laye, frère du porte-parole de la communauté Mamadou Lamine Laye, conclut son prêche : «La prière est une recommandation de Dieu. La prière est l’ennemi d’une malédiction. Elle permet de repousser une malédiction qui devait tomber sur terre. Si le mal est déjà survenu, la prière peut la faire disparaître ou réduire ses effets. La prière est l’arme du musulman.» Dans la foule, l’absent le plus présent fut le maire de Yoff. Abdoulaye Diouf Sarr ainsi que des membres du Conseil municipal de Yoff, qui priaient d’habitude à Layène, n’ont pas fait le déplacement comme lors de la Korité.

Appel à la réouverture de la grande mosquée de Dakar
Idem pour le préfet de Dakar, Alioune Badara Samb, dont la silhouette n’a pas été aperçue dans la cité religieuse. «J’interpelle les autorités du pays et des chefs religieux, parce qu’aujourd’hui beaucoup de gens n’ont pas prié. La prière est très importante. C’est l’arme du musulman, comme l’a souligné l’imam Mame Libasse. Toutes les mosquées du pays doivent être rouvertes. Les responsables de ces mosquées doivent s’organiser pour permettre aux fidèles de prier dans le respect du protocole sanitaire contre cette maladie», a dit Seydina Mandione Laye, fils du khalife général des Layènes Serigne Abdoulaye Thiaw Laye. Le religieux considère que «les mesures restrictives sont certes importantes, mais nous sommes des musulmans et nous n’avons que la prière pour implorer Dieu de faire disparaître cette maladie». Il conclut : «La grande mosquée de Dakar et toutes les autres fermées doivent rouvrir. La grande mosquée appartient à tous les fidèles. Elle n’appartient ni à une personne ni à une confrérie.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here