PARTAGER

Les occupants des immeubles des ex-Lionnes aux Hlm-Maristes digèrent mal la menace du Préfet de Dakar (Source A de ce jour) de «leur couper l’eau et l’électricité, pour les contraindre à quitter les lieux». Joint par Seneweb, Mame Maty Mbengue, membre du collectif des habitants, ne cache pas son amertume.
«Le Préfet de Dakar fait dans l’intimidation et il nous fatigue vraiment. Il y a beaucoup de gens malades ou traumatisés par son attitude. Nous ne refusons pas de quitter les lieux, nous voulons juste être rassurés», indique l’ancien Lionne du basket.
Au total, pas moins de 450 personnes risquent d’être déguerpies pour «des raisons de sécurité». «Nous sommes conscients des risques que nous encourons mais nous voulons quitter sur des bases claires. Nous avons acquis nos maisons en bonne et due forme. Nous voulons juste être édifiés sur les conditions et modalités d’indemnisation, savoir s’il nous sera possible de récupérer nos maisons après démolition entre autres…», signale notre interlocutrice.
Par ailleurs, le collectif se dit rassuré par les propos tenus par le nouveau directeur de la Sn Hlm, à l’occasion de leur rencontre. Toutefois, il invite l’Etat du Sénégal «à poser des actes concrets allant dans le sens de respecter les droits de toutes les parties».
Des garanties que Nathalie Sagna, autre membre du collectif, dit attendre des autorités. «On refuse de sortir. Comment sortir sans savoir où aller ? Chaque mois ils disent qu’ils vont nous payer. Qui va nous payer ? Où prendre l’argent ? On veut des garanties avant de partir», avait soutenu l’ancienne meneuse des Lionnes dans nos colonnes (Le Quotidien du samedi 19 octobre 2019).
Notons qu’il y a 13 anciennes basketteuses et membres de l’encadrement technique qui sont concernés par ces habitations offertes en 1992 par l’ancien Président Abdou Diouf après un sacre continental.
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here