PARTAGER

Pour Mame Mbaye Niang, l’opposition qui «manque de programme», travaille à «déstabiliser» le pays et à «discréditer des élections qu’elle a perdues d’avance».

«La vérité, c’est qu’ils ne veulent pas aller aux élections. Ils travaillent dans des schémas pour déstabiliser le pays. La vérité, c’est qu’ils sont en train de s’organiser pour discréditer des élections qu’ils ont perdues d’avance.» C’est la conclusion que Mame Mbaye Niang tire de la démarche entreprise par Mame Adama Guèye qui rencontre des candidats déclarés pour la sécurisation du scrutin du 24 février 2019. Pour le coordonnateur du mouvement Séné­gal2035 qui faisait face à la presse hier, Me Guèye et Cie alimentent ce débat parce qu’«ils ne peuvent pas franchir l’étape du parrainage», une exigence pour une participation à la Présidentielle. Le responsable de l’Apr d’ajouter : «D’abord, ils ont dit que nous avons des résultats préfabriqués. Non, ce n’est pas préfabriqué. Ils font des sondages et s’aperçoivent des réalités. Donc, ce sont des idées claires et nettes dans leur tête. Aucun de ces candidats ne peut mobiliser mille personnes. C’est ce qui explique le retrait de certaines candidatures. Ils sont en train de vouloir dire que nous avons trafiqué le fichier. Non, nous avons mobilisé nos sympathisants à aller s’inscrire. Ils ne l’ont pas fait. Ils ont préféré les plateaux de télé, ils ont conspiré, diabolisé, créé des scandales au lieu de demander à leurs militants à aller s’inscrire.»
En réponse toujours aux critiques de l’opposition, le ministre du Tourisme a assuré qu’au Sénégal, on peut tout falsifier sauf truquer des élections. Dans le même sillage, il a rappelé que les opposants avaient exigé 4 millions d’inscrits sur le fichier pour aller aux Législatives et il y a eu 6 millions de Sénégalais.
Pour Mame Mbaye Niang, l’opposition manque de propositions à faire aux Sénégalais. Leur programme, constate-t-il, se limite à «insulter et à critiquer Macky Sall, dénigrer ses compagnons ou ses militants». «Nous n’allons pas accepter d’être désorientés ou désaxés par rapport à nos objectifs. Notre objectif, c’est de gagner l’élection présidentielle et que le plan Sénégal émergent puisse demeurer et rester comme le plan de référence jusqu’en 2035», dit-il.

msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here