PARTAGER

«Il y a une transformation radicale sur les choix opérés sur l’emploi.» Conscient du «déphasage» entre les formations universitaires et les besoins du marché de l’emploi, le ministre de la Jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne plaide pour une réorientation de la formation à l’image de la création de 34 nouvelles filières de Bts (Brevet de technicien supérieur) au Sénégal. Ce saut qualitatif permet, d’après lui, d’affirmer que «60 000 emplois ont été créés pour les jeunes en 2016».   Quid de la création de l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes (Anpej) ? Mame Mbaye Niang défend la rationalisation du regroupement des différentes agences en une seule entité même si elle s’est faite au détriment de ses ex-travailleurs subissant «la compression» de leurs emplois tout en affirmant qu’à ce jour tous leurs droits ont été payés. Sur le plan des mœurs, il pourfend une certaine notion de la liberté qui s’assimile souvent au «libertinage». En revanche, malgré les interpellations des députés sur la frange de jeunesse étant ou ayant été sous le coup de la détention, la question de leur réinsertion a été éludée par le ministre.
Au terme de la séance plénière, les députés ont adopté à l’unanimité le projet de budget. Pour l’exercice 2017, le budget du ministère explose puisqu’il connaît une hausse de plus de 50%, s’établissant à plus de 17 milliards de F Cfa contre plus de 11 milliards en 2016. Cette inflation réside notamment dans le transfert en capital en hausse de près de 114%. Concernant les 3 milliards de F Cfa octroyés par le chef de l’Etat à l’Anpej, le ministre du Budget rassure et affirme qu’ils seront bientôt décaissés au bénéfice de cette dernière.

bdavid@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here