PARTAGER

Entre les Industries chimiques du Sénégal (Ics) et les populations, les relations sentent toujours le soufre. Hier, à la suite d’un accident à hauteur de la gare routière de cette commune provoqué par un camion appartenant aux Ics et qui a tué Yatma Diop, élève en classe de 3ème et âgé de moins de 16 ans, il y a eu une manifestation spontanée pour dénoncer ce nouveau drame.
Le déroulement des faits aux allures d’un film d’horreur a choqué les Mborois qui ont violemment manifesté dans les rues de la ville pendant plusieurs heures. Les manifestants, qui reprochent aux autorités étatiques de «faire la sourde oreille sur beaucoup de nos problèmes avec les Ics», ont extériorisé leur désespoir, réclamant «la construction d’une voie de contournement par les Ics pour la circulation de leurs camions». Pendant des heures, les contestataires ont réussi à perturber le trafic urbain de la commune à voie unique concentrant toutes les activités commerciales, industrielles, mécaniques et de mobilités humaines, en brûlant des pneus. Ils ont réussi à déjouer maintes fois les stratégies des éléments de la Brigade de gendarmerie de Mboro qui se sont promptement déployés sur le terrain n’ont pas pour réprimer la manifestation, mais pour calmer les ardeurs. «C’est une victime de trop des Ics. Il y a 15 jours, un jeune homme de 22 ans est mort dans les mêmes conditions. Et la victime Yatma Diop a subi hier (lundi) les épreuves physiques du Bfem. Sa famille est dévastée. On a en assez», vocifère un membre de la Plateforme Mboro Sos, qui s’étrangle de rage : «Mboro ne veut plus de la circulation des camions d’acide en pleine ville. Nous ne voulons plus que ces camions passent à l’intérieur de la ville transportant du soufre à Dakar où des déchets d’acide à la plage.» Il ajoute : «Nous avons maintes fois alerté les autorités sur les risques permanents d’accidents routiers aggravés par l’étroitesse de cet axe à hauteur du marché. Et nous avons toujours demandé aux Ics d’ériger une voie de contournement pour ses produits chimiques, nocifs à la santé des populations, mais en vain.» Et de poursuivre : «Ce drame prouve que cette voie doit être construite dans les meilleurs délais. Et un axe avait été proposé à la direction de l’entreprise par notre plateforme lors d’une audience», renseigne-t-il. En entendant, les populations de Mboro exigent que «la direction des Ics se conforme à la réglementation en matière de transport de produits dangereux avec un dispositif de protection qui puisse empêcher au soufre de se déverser régulièrement n’importe où sur la voie publique. Nous ne l’accepterons plus. Et notre plateforme prendra ses responsabilités et demande aux autorités locales et aux Ics d’en faire autant», menacent-elles.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here