PARTAGER

Le mouvement d’humeur des élèves qui protestent ces derniers jours pour une reprise des cours au niveau des établissements publics est monté d’un cran ce vendredi à Ziguin­chor. Déterminés à se faire entendre à leur manière, les potaches ont défié pendant plusieurs heures les Forces de l’ordre avant de se payer le luxe de brûler un leurs véhicules.

Depuis le lundi dernier, les élèves ont ravi la vedette aux enseignants dans le cadre de la lutte pour la bonne marche du système éducatif. Las de voir l’Etat et les enseignants se jouer de leur avenir, les potaches qui ne demandent qu’à étudier ont donc décidé ces derniers jours de se faire entendre à leur manière. Et ce, en investissant chaque matin les rues tout en délogeant au passage tous les établissements publics comme privés de la commune. Et hier, devant la volonté des Forces de l’ordre de s’opposer à leur projet de déloger à nouveau les établissements privés, les potaches majoritairement issus des collèges d’enseignement moyen ont à leur tour affiché leur ferme détermination d’en découdre avec ces dernières. Une logique de confrontation notée dans plusieurs quartiers de la périphérie sud-ouest de la commune de Ziguinchor où plusieurs échanges de gaz lacrymogènes et de jets de pierres seront enregistrés durant plus de quatre heures d’horloge. C’est le cas au niveau des quartiers Boucotte-Sud, Grand-Dakar, Niéfoulène et Lyndiane où des pneus seront également brûlés et des barrages érigés par endroits. Et c’est notamment à Lyndiane où les élèves vont d’ailleurs immobiliser un véhicule AD des Services de l’élevage, réquisitionné par la police et occupé par des Asp avant de le renverser. Et c’est au moment où les potaches s’apprêtaient à brûler le véhicule que les Forces de l’ordre vont énergiquement intervenir à coup de gaz lacrymogènes pour disperser la meute. Mais quelques minutes plus tard, les Asp qui étaient à bord de ce même véhicule seront à nouveau interceptés par une foule d’élèves à hauteur de l’école élémentaire Ataba Tabar, sis au quartier Colobane.
N’ayant vu s’opposer aucune résistance, les potaches vont tout bonnement brûler, cette fois-ci, le véhicule dont l’épaisse fumée qui s’y dégageait et visible à plusieurs centaines de mètres va envahir tout le quartier et environs. Une énième action des potaches qui poussera les Forces de l’ordre à durcir la riposte et à procéder à quelques arrestations du côté des élèves. «Nous voulons étudier et rien ne nous fera renoncer à notre volonté de nous faire entendre», n’ont-ils cessé de clamer tout au long de cette journée d’action que les potaches promettent de rééditer tous les jours et jusqu’à la reprise des cours par les enseignants.

Plus de 20 élèves arrêtés par la police

Plus de 20 élèves ont été interpellés vendredi à Ziguinchor (sud), suite à des manifestations dans les rues de la capitale sud du Sénégal, pour réclamer la fin de la grève des syndicats d’enseignants, a appris l’Aps de sources sécuritaires.
«Nous avons interpellé 25 élèves qui sont au niveau du commissariat. Ils ont troublé l’ordre public. En plus, ils ont brûlé un véhicule de l’Administration. Il s’agit du véhicule du chef du Service départemental de l’élevage», a expliqué à l’Aps le commissaire central de Ziguinchor, Lamarana Diallo.
«Le véhicule qui est parti en feu n’appartient pas à la police. Il était conduit par un élément de l’Asp. Le véhicule a touché une moto Jakarta dans la circulation. Le chauffeur s’est garé après l’incident avec le conducteur de moto», a-t-il dit. Selon lui, c’est à ce moment que les élèves sont arrivés. «Voyant que c’est immatriculé AD, ils l’ont brûlé.»
Si l’on en croit le commissaire Diallo, parmi les élèves arrêtés, certains vont être relâchés dans les prochaines heures.  «Il s’agit d’un mouvement de foule. Nous ne savons pas encore qui a fait quoi. Nous avons interpellé un groupe pour mener les enquêtes», a-t-il confié.

imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here