PARTAGER

Il n’y aura plus de sit-in de l’opposition aujourd’hui devant le ministère de l’Intérieur. L’Ied annonce en revanche un rassemblement devant l’Assemblée nationale dans les prochains jours. Et ce serait à l’occasion de l’examen des projets de loi relatifs au parrainage.

L’Initiative pour des élections démocratiques (Ied) a tenu hier son rassemblement dans la commune de Djiddah Thiaroye Kao. Une forte mobilisation qui a dopé le Parti démocratique sénégalais et ses alliés qui réclament des élections transparentes et le départ du ministre de l’Intérieur. Et justement, l’Ied qui avait prévu de retourner aujourd’hui devant la Place Washington a décidé de reporter son sit-in jusqu’à une date ultérieure, selon Me El Hadj Amadou Sall. Le responsable du Pds explique que ce report va permettre à l’opposition de «mieux se préparer pour la riposte». Il ajoute : «Le Président Macky Sall sera responsable de tout ce qui se passera. Ils ont décidé de faire passer leurs projets par la force, en violant les textes et règlements de la Constitution et de confisquer les suffrages des Sénégalais.» La prochaine étape sera une manifestation devant l’Assemblée nationale pour «parer à ce hold-up». Il se dit que l’Ied envisage un remake du 23 juin en s’opposant aux projets de loi portant révision de la Constitution et du Code électoral sur le parrainage. En effet, elle avait qualifié l’adoption de ces deux projets de «forcing» et de décision «unilatérale». Mamadou Diop Decroix et Pape Diop déclarent qu’il n’est pas question de reculer sur l’exigence du départ de Aly Ngouille Ndiaye. «Nous irons jusqu’au bout, car le pays a suffisamment souffert de la dictature du régime actuel», a dit le leader d’And jëf/Pads.
Cette fois-ci, d’autres leaders comme Ousmane Sonko ont participé à ce rassemblement de l’Ied aux côtés de Oumar Sarr, Pape Diop, Woré Sarr, Decroix. Le maire libéral de Djiddah Thiaroye Kao a, à son tour, peint un tableau sombre de la situation sociopolitique nationale. «La situation est grave. Il est temps que les Sénégalais sortent des griffes qui les prennent en otage. Le régime prépare un hold-up des élections, mais nous ne devons pas le laisser faire. Nous avons affaire à des dictateurs prêts à tout», fulmine Cheikh Dieng, par ailleurs chargé des élections du Pds. Et Woré Sarr d’ajouter : «Où sont les emplois qui avaient été promis aux jeunes ? Nous n’avons rien vu. Alors, mobilisons-nous pour faire face parce que le pays est à genou ! L’enseignement est en crise, de même que la santé, entre autres.»

latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here