PARTAGER

La libération de Khalifa Sall est le nouveau cheval de bataille de l’opposition regroupée au sein de Manko taxawu senegaal. Malick Gakou et ses camarades comptent dérouler le premier jalon vendredi prochain par un rassemblement au Boulevard Général de Gaulle.

Son discours est guerrier, voire belliqueux. A l’image d’un général devant ses troupes, Malick Gakou, le ton haut perché, visage transpirant, dans une salle acquise à sa cause, engage le combat pour la libération de Khalifa Sall. Debout, la mine grave, le coordonnateur de Manko taxawu senegaal (Mts) s’est entouré de Barthélemy Dias, Bamba Fall, Mamadou Diop Decroix, Pape Diop, Hélène Tine, Oumar Sarr, Mamadou Lamine Diallo, Cheikh Bamba Dièye, Dethié Fall… pour faire face à la presse hier à la permanence du Grand parti. Malick Gakou appelle les Sénégalais à se tenir «debout pour la patrie» face à la «dictature» du régime de Macky Sall et à faire de la libération de Khalifa Sall un «combat du Peuple». Le courroux de l’opposition vient des nouvelles restrictions à l’encontre de Khalifa Sall, emprisonné il y a 71 jours pour détournement présumé de deniers publics dans le cadre de l’affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Galvanisé par une foule qui scande «Libérez Khalifa !», le leader du Grand parti déclare : «Le seul combat qui vaille pour la Nation, c’est la libération de Khalifa Sall.»
En effet, le nombre de visites accordées au maire de Dakar est passé de 20 à 10 par semaine. «Incapable de faire prospérer son chantage sur Khalifa Ababacar Sall aujourd’hui (renonciation à ses ambitions politiques contre abandon des poursuites), exactement comme hier avec Karim Wade et toutes les personnes qui ont le courage de s’opposer à ses politiques, le Président Sall, tenaillé par le désarroi au milieu d’un camp politique en décomposition accélérée, ne trouve plus d’autre issue que de descendre encore plus profondément dans les méandres sans lendemain des stratégies et tactiques de manipulation éhontée de la justice. Cela va jusqu’à confisquer les droits de visite de Khalifa Ababacar Sall dans la prison. C’est ainsi qu’aucun leader politique ne peut le voir, y compris ceux qui détiennent des permis de communiquer en bonne et due forme», a lu Cheikh Bamba Dièye dans une déclaration.

Hélène Tine : «Le Sénégal est devenu une prison à ciel ouvert»
D’après Manko taxawu senegaal, «il n’est un secret pour personne que toutes ces restrictions et manœuvres ne visent qu’à isoler» Khalifa Sall dans un contexte où l’opposition «discute autour de la liste commune pour battre Macky». En tout cas, le théâtre du premier jalon de ce combat pour la libération du maire de Dakar sera le Boulevard Général de Gaulle qui va accueillir vendredi prochain à partir de 15h un grand rassemblement de l’opposition. «Le Sénégal est devenu une prison à ciel ouvert. Nous sommes tous menacés. Le maire Bamba Fall m’a dit que Khalifa Sall est estampillé ‘‘détenu particulièrement signalé’’. Il n’a pas le droit d’aller à la bibliothèque, à la mosquée et d’accéder à aucun moyen d’information. Cela se passe au Sénégal en 2017 après toutes ces années de combat», dénonce la députée Hélène Tine, nouvellement membre de Mts. Mais à l’endroit du Président Sall, Malick Gakou prévient «qu’aucun prix, aucun sacrifice n’est de trop pour obtenir la libération du maire de Dakar».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here