PARTAGER

Guy Marius Sagna et consorts devront repasser devant le procureur ce matin. Ils sont poursuivis pour «troubles à l’ordre public, participation à une manifestation interdite, rébellion, violence et voies de fait sur des agents de la force publique».

Le procureur de la République n’a pas reçu hier Guy Marius, Babacar Diop et Cie. Ils devront repasser aujourd’hui devant le maître des poursuites. Ils sont poursuivis pour «acte de nature à compromettre la sécurité publique, à occasion des troubles publiques graves et à jeter le discrédit sur les institutions politiques et leur fonctionnement, incitation à la révolte, attroupement ayant occasionné des troubles à l’ordre public, participation à une manifestation interdite, rébellion, violence et voies de fait sur des agents de la force publique». Le co-coordonnateur de la plateforme Aar li ñu bokk et consorts protestaient contre la hausse de 6 à 10% sur le prix de l’électricité en vigueur depuis le 1er décembre. Vendredi, ils avaient bravé l’interdiction du préfet et surtout l’arrêté Ousmane Ngom. Les manifestants se sont finalement retrouvés devant les grilles du Palais avant d’être arrêtés et placés en garde à vue. Les charges qui pèsent sur eux sont si lourdes qu’ils encourent le mandat de dépôt.
Face à la presse, des organisations de la Société civile ont exigé la «libération immédiate et sans condition» des 9 activistes. Mamadou Mignane Diouf et ses camarades ont annoncé une marche contre la hausse du prix de l’électricité prévue le 13 décembre prochain. Des organisations comme la Csa, la Cnts, le Forum social sénégalais se sont joints au combat des mouvements Frapp, les Gilets rouges, Nittu dëgg, entre autres, pour «condamner» l’arrestation des manifestants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here