PARTAGER

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur a répondu à l’invitation du secrétaire d’Etat américain, M. Rex Wayne Tillerson, à prendre part à la réunion ministérielle dont le pays assure la présidence mensuelle dudit Conseil. «Je voudrais, tout d’abord, vous remercier d’avoir pris l’initiative d’organiser ce débat sur la non-prolifération nucléaire, thématique d’actualité au vu des derniers essais nucléaires et autres tirs de missiles balistiques», explique le ministre. Il estime qu’il s’agit d’un débat d’actualité «eu égard à l’actualité qui nous rappelle sans cesse que la prolifération nucléaire reste une source de menace pour la paix et la sécurité internationale, en raison de la persistance de la course aux armements et de l’absence d’une ferme volonté politique pour y mettre un terme». Par conséquent, il soutient que le Sénégal «est en faveur de l’éradication totale des activités nucléaires, à vocation militaire et non pas de leur réduction». «En effet, l’éradication totale est la seule assurance du monde contre la dévastation et la misère liées aux effets de l’utilisation des armes nucléaires. Elle seule peut garantir la survie de notre planète et assurer l’avenir des générations à naître, en leur offrant de vivre non dans la peur de la détonation de bombes atomiques, mais dans un monde libéré de la hantise d’une catastrophe nucléaire», avance M. Ndiaye. Lequel regrette que ces armes soient utilisées «à mauvais escient».
Dans cet ordre d’idées, il rappelle que «le Sénégal a condamné, avec la plus grande fermeté, l’essai nucléaire effectué par la République populaire démocratique de Corée (Rpdc) le 6 janvier 2016 et ces différents tirs de missiles balistiques qui constituent une violation grave des obligations internationales imposées à la Rpdc», regrette Mankeur Ndiaye.
bsakho@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here