PARTAGER

Face aux députés hier, Abdoulaye Daouda Diallo a laissé planer le doute sur la tenue des Législatives à la date du 2 juillet prochain. Le ministre de l’Intérieur s’en remet à la décision du président de la République. Par ailleurs, l’Assemblée nationale va passer de 150 à 165 députés. Les 15 élus de la diaspora sont passés par-là.

«Le Président est en train de voir pour avoir la meilleure date»
Le gouvernement change de discours. Après avoir annoncé urbi et orbi que le calendrier républicain sera respecté, le ministre de l’Intérieur n’assure pas et ne réaffirme pas que les élections législatives vont se tenir le 2 juillet 2017, comme retenu lors de la rencontre entre le chef de l’Etat et Manko wattu Senegaal. A l’Assemblée nationale hier, dans le cadre de l’examen du projet de loi 44/2016 portant Code électoral et du projet de loi 45/2016 portant refonte partielle des listes électorales, Abdoulaye Daouda Diallo a renvoyé la balle à la classe politique et, en dernier ressort, au président de la République. Par conséquent, le ministre laisse clairement entendre qu’un report des Législatives n’est pas à exclure. «Si l’on se rend compte que le mandat de l’actuelle Législature prend fin le 30 juillet, les dates possibles devaient se trouver entre le 30 mai et le 10 juillet. Les dates ont été discutées à ce niveau. Je crois que le président de la République est en train de voir pour avoir la meilleure date. Maintenant, s’il n’y pas une préoccupation d’ordre politique, il appartient à la classe politique et au président de la République de pouvoir discuter de cette question et, en conséquence, trouver la bonne décision», déclare M. Diallo. En effet, le Code électoral, dans son article LO.150, dispose que «sauf cas de dissolution, les élections générales ont lieu entre les soixante (60) jours et les vingt (20) jours qui précédent l’expiration des pouvoirs de l’Assemblée nationale». En présumant que les élections se tiendront le 2 juillet, la campagne électorale va donc se faire au mois de ramadan. Ce que beaucoup de députés ont désapprouvé, estimant que le mandat de l’actuelle législature doit être prorogé.

Le nombre de députés passe de 150 à 165 députés
Pour la 13ème Législature, le nombre de députés va passer de 150 à 165 députés. Et là aussi, le gouvernement a pris tout le monde au dépourvu, en particulier l’opposition. Annoncé pour 10, les représentants dédiés à la diaspora passent finalement à 15. L’opposition, qui a signifié son hostilité au nombre de 10 lors sa rencontre du 1er décembre dernier, a exprimé sa stupéfaction. «On ne comprend pas. On nous dit 10. Alors qu’on n’est pas d’accord, on nous sort, je ne sais par quelle magie, 15 députés de la diaspora», dénonce Mamadou Diop Decroix. «Après les 150 du Haut conseil des collectivités territoriales, on nous amène 15 députés de la diaspora. C’est une arnaque», s’émeut Hélène Tine de Bës du niakk.

bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here