PARTAGER

Les observateurs de la vie politique sénégalaise s’accordent à souligner que le poste de président de la République ne s’improvise pas. Tous les présidents de la République du Sénégal, de Senghor à Macky Sall, ont fréquenté les grandes écoles, du primaire au secondaire, avec des cursus universitaires exceptionnels. Macky Sall a fait ses études sans entrave, entre Fatick et Kaolack où il décroche son bac scientifique, suivi par son admission à l’Institut des sciences de la terre (Ist) de la Faculté des sciences de l’Ucad. Ce qui lui permit en 1988, après 5 ans d’études, d’avoir son diplôme d’ingénieur-géologue à l’âge de 27 ans. Ses études couronnées de succès se terminent à l’Ecole nationale supérieure du pétrole de Paris en 1993 avec un Certificat d’études de spécialisation qui lui confère le niveau de bac + 7.
Nos différents Présidents, avant leur accession à la Magistrature suprême, ont tous occupé des fonctions éminentes (ministre, gouverneur, Premier ministre, président de l’Assemblée nationale) et avec une expérience politique de très haut niveau.
Les leaders de l’opposition autour de la nouvelle coalition Manko taxawu senegaal n’arrêteront pas de se ridiculiser. De véritables oisifs errants ou des ovni (objets volants non identifiés), ces roublards politiciens doivent trouver un métier, s’insérer dans une formation professionnelle et non vouloir briguer coûte que coûte un poste qui n’est pas leurs compétences.
Idrissa Seck ne s’intéresse qu’à son seul projet politique, obsédé par la présidence de la République. Pour lui qui se prit toujours comme un messie, les autres ne sont que de simples figurants, taillables et corvéables à souhait. Le journaliste Mamadou Thiam, étudiant en 2004, définissait Idrissa Seck, Premier ministre de Wade dans son mémoire de soutenance Dea en communication politique,  «l’homme pressé, imbu de sa personne, à la limite de la suffisance et de l’arrogance, qui n’hésite pas à exclure ou à marginaliser ses détracteurs et qui affiche un goût immodéré du pouvoir».
L’un des mérites de Abdoulaye Wade, c’est d’avoir montré aux Sénégalais le vrai visage de Ndamal Kadior et de démontrer aussi que Idy était juste une triste erreur du destin.
Idy qui chante aujourd’hui les gloires de Wade n’hésitait pas à le traiter d’ancien spermatozoï­de/futur cadavre. Lors de ses dernières retrouvailles avec Wade à Thiès, précisément le 4 novembre 2009, il disait : «L’histoire nous a enseigné qu’obéir à son père peut aller jusqu’à accepter de te coucher et qu’on t’égorge. C’est ce que Ismaïla a fait pour son père Ibrahima. J’implore au bon Dieu de me donner la force pour que j’accepte mon sort. Et que cette obéissance à mon père (Wade) puisse générer que des biens pour le Sénégal.»
Wade lui répondait en coulisse «Ibliss (Idy) est allé jusqu’à croire qu’il est le plus intelligent des créatures alors que c’est Dieu (Wade) qui l’a créé et donné tous ses pouvoirs. Je vais vous liquider et vous éliminer politiquement pour le bonheur de tous les Sénégalais». Depuis plusieurs années, on parle des faux diplômes de Idrissa Seck, son Cv est libellé «a fréquenté…». Même le serveur au restaurant d’Argentin peut dire qu’il a fréquenté l’Ucad. Ce qui fait le Cv, c’est la formation et le diplôme ; et cela fait défaut à Idy.
Que dire de l’autre homme aux faux Cv (niveau d’études Cm2) qui traite toujours le Président Macky Sall d’incompétent. L’homme dont l’ambiguïté sur ses prénoms pose toujours problème. Avant, c’était Moustapha puis Tapha et finalement Pape Diop. Peut-être que demain ce sera Papis Diop.  L’homme que Wade accuse d’avoir sacrifié un albinos du Mali. A chaque fois que Wade avait des ennuis de santé, il soupçonnait et se tournait vers Pape Diop.
Malick Gakou a échoué comme ministre du Commerce, avec son Cv évasif, sa fonction principale demeure homme d’affaires. Il fait les frais de son ignorance, ses bégaiements et incompétences linguistiques sur les plateaux de télé. Sa dernière déroute sur Tfm  «Kouthia a un talent incomseruable.» Sa place est à la case des tout-petits.
Personne ne comprend les revirements de notre vénéré marabout Serigne Mansour Sy Djamil qui, il y a juste 3 mois, déclarait que «Macky Sall est une chance pour le Sénégal, justifiant cette affirmation par les nombreux efforts que le Président ne cesse de déployer pour le pays».
Je ne perdrai pas mon temps sur Khaf’ Dougoub, les Mamadou L. Diallo, Mamadou Diop Decroix et les autres adeptes du plus fort reste, des individus désespérés qui cherchent à se faire une virginité politique et morale.
En 5 ans, notre économie a connu une forte croissance, parmi les plus élevées du continent. Tous les indicateurs le traduisent éloquemment. Cette performance est reconnue par les grandes institutions qui ont vocation d’évaluer les politiques macro-économiques.
Les résultats tangibles que chacun est en mesure de constater chaque jour fondent notre optimisme en l’avenir de notre cher Sénégal, avec son Excellence Monsieur Macky Sall.
Mbaye SENE
Coordinateur départemental Cojer/Pikine
Membre Cojer nationale
Responsable Politique Thiaroye Gare
Membre Ccr/ Pikine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here