PARTAGER

Des habitants de Niacoulrab dans la commune Jaxaay-Parcelles-Niacoulrab regroupés autour du mouvement And Liggey Niacoulrab ont dressé dimanche dernier un sombre tableau de leur localité. Manque d’espaces pour les jeunes, d’écoles, d’équipements sanitaires, exiguïté du marché… ils ont étalé ces doléances sur la place publique à l’occasion du lancement du mouvement qui se dit apolitique. «Le mouvement adopte une posture de sentinelle et sert de cadre de réflexion, de proposition d’alternatives et de lutte dans une véritable synergie», a fait savoir le coordinateur Abdoulaye Ndiaye. «Toutes les communes disposent de terrains zonaux pour les activités de vacances des Asc (…) Nos jeunes vont jusqu’à Keur Massar ou bien dans la commune de Tivaouane Peul Niague. Faute de salles de classe suffisantes, le centre socio culturel est utilisé comme salles de classe ; ce qui empêche les femmes de s’adonner à leurs activités qu’elles devaient mener là-bas», a souligné le coordinateur qui n’a pas manqué de décrier la gestion de l’équipe municipale. «La mairie n’a rien fait dans la zone, bien que le maire soit  un fils de Niacoulrab. Même pour les factures d’électricité et d’eau de l’école et du centre, ce sont des bonnes volontés qui s’en chargent», a-t-il fait savoir.
Il a par ailleurs noté la mauvaise gestion du foncier qui porte une atteinte grave au futur de la localité. «Il faut une bonne politique domaniale qui puisse être bénéfique aux populations, car le village grandit de jour en jour», a estimé M. Ndiaye.
Fatou Sylla Ndiaye, responsable des femmes du mouvement And Liggeye Niacoulrab, a abondé dans le même sens en pointant du doigt l’anarchie dans la construction du marché de la localité. «Les cantines sont exiguës et les constructions empiètent presque sur la route ; ce qui peut causer des accidents graves», a-t-elle noté.
Les membres de And Liggeye Niacoulrab ont aussi rappelé une vieille promesse du candidat Macky Sall qu’ils voudraient voir se réaliser. «Nous interpellons les autorités locales déconcentrées et nationales sur la situation de notre Cem promis par le Président Macky Sall lors de la campagne électorale et qui tarde toujours à se concrétiser», ont-ils rappelé dans la déclaration liminaire. «Nous dénonçons avec vigueur  ces situations et exigeons des autorités compétentes  de faire les diligences nécessaires pour l’obtention d’une deuxième école et la réception immédiate  de notre Cem», ont-ils lancé.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here