PARTAGER

Manko taxawu senegaal exige le départ du ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, accusé d’avoir saboté le scrutin de dimanche. Notant de «graves manquements», Khalifa Sall et Cie contestent les résultats des urnes et demandent l’audit du fichier électoral dans les plus brefs délais.

Demander le départ de Abdoulaye Daouda Diallo, ministre de l’Intérieur, n’est pas nouveau dans le cahier de doléances de l’opposition. Mais après les défaillances notées lors du scrutin de dimanche, le voir quitter la place Washington n’est peut-être plus une utopie. La coalition Manko taxawu senegaal a saisi la balle au rebond pour rappeler le comportement «partisan» du ministre de l’Intérieur durant ces Légis­latives. En conférence de presse hier, Déthié Fall, Bamba Fall, Jean-Paul Dias, Cheikh Oumar Sy, Fatoumata Gassama Fall, Soham Wardini, entre autres ont «condamné avec la dernière énergie, le sabotage délibéré des élections législatives». Au-delà de «graves manquements» notés sur toute l’étendue du territoire national et dans la diaspora, Mts regrette que le Conseil constitutionnel soit «une institution aux ordres de Macky Sall». Par conséquent, cette coalition «conteste les résultats de ces élections de la honte et du vol flagrant et exige le départ du ministre de l’Intérieur, Abdou­laye Daouda Diallo, qui a fini de montrer toutes ses milites en matière d’organisation d’élections libres et transparentes».
De plus, Khalifa Sall et Cie «condamnent» la position «partisane affichée par la Cena qui n’a été ni indépendante ni autonome pour garantir la fiabilité du processus électoral». Ainsi, Mts fait savoir qu’elle ne va pas reconnaitre les résultats qui seront publiés par le Conseil constitutionnel après la «diffusion prématurée de résultats préfabriqués dans le but de justifier une fraude massive planifiée et flagrante». D’ailleurs Bamba Fall s’émeut de la position «contradictoire» du régime actuel à l’égard du Conseil constitutionnel. «Ceux qui ont géré le pays à savoir Macky Sall, Moustapha Niasse, Ousmane Tanor Dieng,… ont traité de tous les noms cette institution lors de la validation de la candidature du Président Wade en 2012», s’étonne le maire de la Médina qui continue à revendiquer la victoire de Mts dans le département de Dakar. «Le Conseil constitutionnel veut refaire le coup de Aïssata Tall Sall à Podor lors des Locales de 2014. C’est parce que le Président a promis l’enfer à des ministres en cas de défaite à Dakar que le pouvoir manœuvre pour gagner. On n’acceptera pas une confiscation du vote des Dakarois», avertit-il.
D’ailleurs Jean-Paul Dias se demande comment «Amadou Bâ, battu dans son bureau de vote, peut-il gagner la commune des Parcelles». Pour le leader du Bcg, «le pouvoir est atteint de paranoïa en voulant confisquer la victoire de Manko taxawu senegaal».

bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here