PARTAGER

Le ministre Mansour Faye a donné l’assurance que tout sera mis en œuvre pour l’approvisionnement correct de la ville en eau potable. En prenant l’engagement que «cette année il n’y aura pas de pénurie d’eau dans les villages rattachés à la commune», tel que cela a toujours été le cas lors des éditions précédentes.
A la tête d’une forte délégation, Mansour Faye a fait savoir qu’il est «venu rendre visite au khalife général des Tidianes pour lui rendre compte des engagements pris pour une bonne organisation du Gamou dans le secteur de l’hydraulique». Des engagements d’extension en termes de branchements sociaux, en plus des différents dispositifs à mettre en œuvre pour une bonne disponibilité de l’eau dans le périmètre communal de la ville religieuse. Tivaouane étant une ville qui s’agrandit, le ministre de l’Hydraulique retient que «de façon globale, ce sont les quartiers périphériques qui vont bénéficier des extensions. Cette année, nous avons prévu 25 kilomètres d’extension, les 20 sont déjà réalisés, les 5 km supplémentaires sont en cours présentement. Et cela va permettre effectivement au niveau de ces quartiers périphériques de pouvoir disposer de l’eau en quantité, puisque alimentés à partir de la conduite du Lac de Guiers». Il souligne qu’«au-delà des extensions, on a accordé 1 000 branchements sociaux, mais sans limite, c’est-à-dire si aujourd’hui la demande excède ce chiffre, naturellement nous allons les mettre en œuvre». Il ajoute aussi : «Il y a ce qu’on appelle les points d’eau au niveau de certains quartiers et des sites d’hébergement. Et à ce niveau, nous avons encore porté la disponibilité autour de 500 points d’eau qui sont à présent en cours d’installation». «Il y a un dispositif de 70 camions citernes disponibles pour renforcer la distribution au niveau du périmètre communal et cela va permettre de pouvoir disposer de l’eau en quantité», dira-t-il aussi.
La ville de Tivaouane, rattachée au Lac de Guiers, ne connaît pas en période normale beaucoup de difficultés d’eau potable. Mais en ce moment de Gamou, remarque le ministre de l’Hydraulique, «la demande accroît et pour cette raison nous avons mis un dispositif assez performant pour répondre aux sollicitations des populations».
Globalement, estime Mansour Faye, «tout au début, il n’y a pas de difficultés assez particulières compte tenu de tout ce que nous avons réalisé, qui tourne en termes de coût autour de 350 millions de francs Cfa». Il fait aussi remarquer que «le même dispositif est pris au niveau de l’assainissement». Et M. Faye d’expliquer : «Nous avons démarré le programme de 10 villes et Tivaouane en bénéficie pour un montant global d’environ 4 milliards de francs Cfa. Les travaux ont déjà démarré et cela va permettre à la ville de Maodo de pouvoir disposer d’un réseau d’assainissement approprié». Mais, rassure-t-il, «d’ici là naturellement, lors des Gamou, nous essayons de mettre en place un bon dispositif de camions pour faire la collecte des eaux usées au niveau des maisons pour ensuite les reverser vers la sortie de la ville où se trouve la station d’épuration d’eau de vidange».
Sur les craintes exprimées par le khalife général relatives à «la station d’épuration qui était prévue au départ à un endroit assez proche des habitations», le ministre Faye dit qu’«elles se­ront totalement dissipées», puisque «présentement ce centre a été déplacé et ne va pas permettre une cohabitation. Il se situe à une distance assez longue et les travaux ont déjà démarré».
Auparavant, Mansour Faye avait procédé à la visite des travaux de Tivaouane. Il s’agit des travaux de renforcement des quartiers à faible pression, l’extension de réseaux à Goumoune, la visite de la station d’épuration à la Cité Maodo, en plus de l’accueil à la base de chantier de l’entreprise RC à la gare routière de Tivaouane.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here