PARTAGER

Mansour Faye a en effet mis fin au débat qui avait commencé à enfler sur les réseaux sociaux où des voix s’étaient élevées pour dénoncer le coût exorbitant du transport de l’aide alimentaire d’urgence qui serait, selon ces derniers, de plus de 6 milliards de francs. Le ministre du Développement communautaire, apparemment choqué par ces déclarations émanant, selon lui, de gens mal informés ou mal intentionnés, a levé un coin du voile sur cette affaire. Il a fait savoir en effet que la réalité des faits est très loin de ce qui est annoncé. Faisant le point sur les différents tarifs appliqués par les transporteurs, le ministre du Développement communautaire, qui s’est dit étonné de voir ces chiffres avancés sans aucune base réelle, a expliqué que le travail lié au transport des denrées est fait par un transporteur payé à 18 mille 500 francs la tonne pour les régions périphériques de Ziguinchor, Kédougou et Ma­tam.
Pour le Centre du pays, c’est-à-dire Kaolack, kaffrine, Diourbel et Louga, la tonne est facturée à 7 500 francs et à 15 mille francs pour les régions de Tamba­counda et Saint-Louis, a fait savoir Mansour Faye qui a invité les experts à éclairer la lanterne des Sénégalais sur la question. «J’invite les experts en calcul à prendre leurs calculettes et à calculer en prenant en compte les listes déjà disponibles. Il est tout-à-fait possible d’avoir les volumes pour chaque région et de faire des simulations pour trouver le coût réel du transport», déclare-t-il tout en précisant que si ces calculs sont faits, on se rendra compte que ces coûts seront à moins d’1 milliard 500 millions de francs et pourraient même baisser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here