PARTAGER
Mansour Sy.

L’augmentation de la pension de retraite à hauteur de 40% de 2012 à janvier 2017 permettra à 20 mille retraités de percevoir au moins 36 mille frs Cfa, a rappelé jeudi à Dakar le ministre de la Fonction publique, du travail et des relations avec les institutions, Mansour Sy, qui s’exprimait lors de la Conférence nationale des sages républicains (Cns). «Le Président Macky Sall a augmenté la pension des retraités à hauteur de 40% et 20 mille pensionnés qui percevaient moins de 5 000 frs Cfa auront une augmentation qui les permettra d’atteindre le Smic, c’est-à-dire que leur pension tournera au minimum autour des 36 mille F Cfa», a dit M. Sy.
Le ministre a rappelé à l’assistance que le «président de la République a l’habitude de dire que les personnes du troisième âge ont tout donné à la Nation. Donc, nous avons le devoir, en tant qu’autorités administratives, de tout faire pour qu’elles soient à l’aise». Selon lui, «la baisse de la fiscalité sur les salaires est une enveloppe de 41 milliards qui viennent s’augmenter sur les salaires des travailleurs».
Le coordonnateur des sages de l’Alliance pour la République (Apr), Mahama Diallo, a pour sa part souligné que «le Conseil national des sages est convaincu que les réalisations du gouvernement dans les différents secteurs économiques et sociaux suffisent à susciter une adhésion populaire massive aux différentes listes de candidats à la députation présentées par la coalition Benno bokk yaakaar». Il a indiqué que le conseil qui se veut «une structure d’avant-garde de l’Apr entend jouer pleinement sa partition, à l’instar des autres structures de l’Apr et de la coalition Benno bokk yaakaar». «Il me plaît de magnifier la culture de la solidarité active en faveur des couches défavorisées que le Président Macky Sall a inculquée aux Sénégalais à travers une politique sociale très dynamique», a-t-il ajouté.
Quant au conseiller à la Jeunesse et aux sport du Président Macky Sall, Ndongo Ndiaye, il a tenu à rappeler que «l’histoire du Sénégal a montré que les relations entre le pouvoir et les chefs religieux ont toujours été bonnes, mais celles du chef de l’Etat avec toutes les familles religieuses du pays sont particulières, car elles sont renforcées par une série de mesures qui accompagnent le programme présidentiel de reconstruction et de rénovation des sites religieux», a-t-il ajouté.
Aps

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here