PARTAGER

Le taux de chômage au Sénégal est de 16,9% au dernier trimestre de 2019, d’après le directeur général de l’Anamo, Maodo Malick Mbaye, qui réagissait par rapport aux résultats d’une étude qui placerait le Sénégal 3ème au monde avec 48%. Le taux de chômage au Sénégal est de 16,9% au dernier trimestre de 2019, d’après le directeur général de l’Anamo, Maodo Malick Mbaye, qui réagissait par rapport aux résultats d’une étude qui placerait le Sénégal 3ème au monde avec 48%. %MCEPASTEBIN%

Le Sénégal est le 3ème pays au monde où le chômage est le plus élevé, avec un taux de 48%, écrivait le quotidien Vox Populi. Cette étude ne reflète pas la réalité, de l’avis du directeur général de l’Agence nationale de la maison de l’outil (Anamo), Maodo Malick Mbaye, qui parle de document «complétement erroné» qui serait exploité par le journal. Ce dernier avance un taux de 16%, selon le Bureau international du travail (Bit), l’un des meilleurs taux en Afrique et dans le monde, ajoute-t-il. «L’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), institution faîtière et très crédible, travaillant sur une base améliorée de la définition du Bit, donne un taux de chômage de 16,9% au dernier trimestre de 2019», dit-il. Et selon toujours Maodo Malick Mbaye, le seul classement «crédible» trouvé dans le site Ilostat du Bureau international du travail (Bit), classant les pays les plus touchés par le chômage, place le Malawi 1er avec un taux de 28,7% en 2019. L’Afrique du Sud arrive en 2ème position avec 28,5%, le Kosovo est 3ème avec 25,6%, et le 4ème est la Palestine avec 25,3% de chômage en 2019.
Par ailleurs, le Dg de l’Anamo a vanté les réalisations du régime depuis 2012 sur ce plan. D’après lui, l’Anamo a procédé à la réhabilitation de 15 maisons de l’outil dont 10 fonctionnelles, accompagné 15 mille jeunes à l’insertion par le biais de la formation et la mise à disposition d’outils. En outre, dit-il, l’agence a, à son compte, la formation de 205 professionnels en mécatronique automobile, la formation sur des métiers innovants et à fort taux d’insertion comme la réparation de téléphones portables, la blanchisserie, l’entretien et la réparation de matériels électroménagers, la conduite de drones. De 2 millions 500 mille francs Cfa à sa création, poursuit-il, son budget est passé à plus d’un milliard. Par rapport au secteur de l’artisanat et de l’apprentissage, programme dans lequel est logée l’Anamo, Maodo Malick Mbaye soutient que 120 ateliers ont été équipés en 2012 contre 3 088 en 2019, 1 010 apprentis ont été formés en 2012 contre 28 mille 531 en 2019. Saluant toujours les efforts de l’Etat en ce sens, il a déclaré qu’en ce qui concerne le Fonds de financement de la formation professionnelle et technique, le 3Fpt, 36 mille jeunes ont reçu des bons de formation l’année dernière. «Au courant de 2019, l’Onfp a mis en œuvre 151 opérations de formation à travers le territoire national, correspondant à un effectif de 3 413 bénéficiaires dont les 72% sont des travailleurs venant soit du secteur formel soit du secteur informel, et les 28% reflètent la part de la formation initiale des autres demandeurs d’emploi. La Der a octroyé des financements à 200 mille bénéficiaires directs et indirects pour un montant global de 31,2 milliards de francs Cfa. Ainsi, 68 mille 289 bénéficiaires ont reçu des financements à travers le guichet d’autonomisation économique», a défendu hier le Dg de l’Anamo, lors d’un point de presse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here