PARTAGER

Les enfants d’Eden Guédiawaye et de plusieurs localités du département ont organisé hier une caravane pour dénoncer l’enlèvement des enfants. A travers les rues de la banlieue, ils ont exprimé leur exaspération. Aminata Niang rappelle les noms des victimes de ces pratiques devant le préfet : «Mariétou Doumbia, 8 ans, a été enlevée, violée puis tuée à Petit Mbao, bébé Fallou Diop, âgé de 2 ans, a été enlevé et tué à Rufisque. Et la liste n’est pas exhaustive, certains sont enlevés ou portés disparus. Nous demandons à l’Etat de veiller à la sécurité des enfants dans certains quartiers mal éclairés, qui permet à ces malfaiteurs de faire leur sale besogne. Nous demandons aux organisations de la Société civile de sensibiliser les populations sur les droits et la sensibilisation des enfants.» Entourée de ses camarades, elle leur demande de redoubler d’efforts.  Elle invite les parents à faire autant. «Nous demandons aux parents de veiller à leur enfants, de signaler les cas de violences mais aussi de signaler les auteurs qui sont toujours protégés par les familles», encourage Aminata Niang.
Bien sûr, le message a été entendu par le préfet Bondin Ndiaye. Mais, il n’a pas fait de commentaires et a rejoint son bureau.
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here