PARTAGER

La répression de la marche nationale des syndicats d’enseignants du G6 jeudi, à Ziguinchor, n’est pas du goût de la Confédération des syndicats autonomes (Csa). La centrale syndicale dirigée par Elimane Diouf a condamné «l’usage abusif» des Forces de l’ordre par le gouvernement contre «d’honnêtes travailleurs» qui n’ont pour «seul tort de vouloir exercer un droit».

La répression de la marche nationale des enseignants jeudi, à Ziguinchor, est dénoncée par la Confédération des syndicats autonomes (Csa). A travers un communiqué, la centrale condamne «l’usage abusif par le gouvernement de la force publique contre d’honnêtes travailleurs dont le seul tort a été de vouloir exercer un droit».
La Csa «met en garde le gouvernement par rapport à toutes les conséquences qu’une telle attitude pourrait avoir sur sa volonté avouée d’apaisement du climat social». L’organisation prévient qu’«aucun pacte de stabilité sociale ne peut survivre à de tels agissements».
«Ce qui devait être un banal exercice d’un droit constitutionnel a été initialement autorisé, puis interdit avant d’être autorisé à nouveau», rappelle la Csa. Qui constate que «ce tâtonnement de l’autorité administrative dénote d’une volonté des pouvoirs publics de confisquer un des droits individuels et collectifs consacrés par la loi fondamentale, notamment dans notre Constitution».
Après une analyse des faits, le Secrétariat exécutif permanent (Sep) de la Csa a exprimé «sa vive préoccupation ainsi que ses regrets quant à l’utilisation de la force publique dans des proportions disproportionnées et dans un contexte qui ne le justifiait pas».
Pour que des solutions acceptables par tous soient trouvées à la crise scolaire, les camarades de Elimane Diouf appellent «le gouvernement à retourner autour de la table de négociations avec les enseignants qui sont porteurs de revendications justes et légitimes. Et aux enseignants, nous les appelons à la retenue et à travailler dans l’unité afin de parvenir à des solutions profitables à l’école».
La marche nationale des syndicats d’enseignants du G6 à Ziguinchor, jeudi, a été l’objet d’une répression par les Forces de l’ordre qui ont usé de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants. A l’issue de ces échauffourées, des blessés des deux côtés et des arrestations du côté des enseignants ont été enregistrés.
mdiatta@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here