PARTAGER
Des élèves dans la cour du collège Bosphore.

Le groupe Yavuz Selim ne flanche pas dans la lutte contre la décision de l’Etat de transférer la gestion de ses écoles à la Fondation Maarif. Hier, les parents, les élèves, les syndicats, la Société civile se sont fortement mobilisés. Ils ont marché de la place de l’Obélisque au rond-point de la Rts pour dénoncer les «agissements» de Erdogan et aussi la complicité de Macky Sall.

«Touches pas à mon école !» «Sauver Yavuz Selim !» «A Maarif de créer ses propres écoles et d’initier son propre système éducatif.» Ces propos scandés par des parents et les élèves du groupe Yavuz Selim montrent le degré de  colère  qu’ils  ressentent contre les autorités du pays. Juste après 15 h, la foule, qui s’était déjà massée sur la place de l’Obélisque, débute la marche en direction du rond-point de la Radiodiffusion sénégalaise (Rts). Sous une bonne escorte policière, les élèves et les parents, soutenus par des responsables syndicaux, Abdoulaye Ndoye du Cadre unitaire des enseignants du moyen secondaire (Cusems), Mamadou Kaly Traoré du Syndicat unique et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes) ainsi que des parlementaires et des membres de la société civile, ont battu le macadam. Ils vilipendent l’Etat et dénoncent la décision qu’ils jugent «injuste».
Prenant la parole, Modou Diagne Fada explique sa présence par le fait qu’il est d’abord parent d’élèves. «La décision m’affecte, car mes enfants sont dans cette école», relève-t-il. Mais aussi, tonne-t-il : «Je suis là en tant député du Peu­ple. J’estime que le Président Macky Sall ne doit pas s’immiscer dans les affaires turques. Car, je considère que ce qui oppose le Président Erdogan à Fethullah Gülen est une affaire turco-turque», dénonce-t-il. Sa collègue Seynabou Wade, flanquée de son écharpe de député, s’insurge pour sa part contre l’attitude du Président Macky Sall qui, selon elle, a pris cette décision lourde de conséquences sans consulter la représentation nationale. Une autre parlementaire de Bes dou nak s’inscrit dans la même logique. Elle a exprimé toute sa surprise après que l’Etat a décidé de retirer  la gestion des écoles à l’Association Baskent Egitim. Le député rappelle que, c’est elle-même qui avait interpellé le ministre de l’Education sur le sort de cette école lors de son passage devant les parlementaires. Elle soutient que ces établissements doivent rester entre les mains de gens qui les ont initiés et qui ont investi durant plus de 20 ans.
Arrivés au rond-point de la Rts, les parents ont lu le mémorandum. Mamadou Ndoye a d’abord dénoncé la démarche «inique» du Président turc, avec la complicité du Président sénégalais Macky Sall, de confier la gestion des écoles Yavuz Selim au Sénégal à Maarif et la destruction de 20 ans de présence et de lutte pour instaurer l’excellence dans le système éducatif. Aussi, il a relevé les actions sociales développées par le groupe au profit des populations défavorisées. Dans son propos, il a rappelé les performances des écoles, classées 3ème meilleur établissement du Sénégal, d’après les résultats au concours général, au bac au Bfem et au Cfee. Les parents se sont réjouis de la forte mobilisation. Ils promettent d’autres actions d’envergure, car pour eux, il n’est pas question de laisser passer les «agissements» du Président turc dont le but est de détruire des écoles d’excellence créées il y a des décennies.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here