PARTAGER

Une réunion secrète sur l’avenir du football national à laquelle Hervé Renard n’a pas été conviée a mis le feu aux poudres. Entre le sélectionneur et la Fédé marocaine le point de non-retour est atteint. Le Français est poussé vers la sortie. Les détails.

Cela fait maintenant plusieurs mois que les relations se sont détériorées entre la Fédé marocaine (Frmf) et Hervé Renard. Pour le bien du football national, les deux parties ont longtemps gardé le silence mais à quelques semaines de la Coupe d’Afrique des Nations, un épisode est venu troubler de manière définitive cette coexistence de façade.
Alors que la Fédération vient de limoger son Directeur technique national, une réunion secrète s’est tenue la semaine dernière pour étudier différents profils susceptibles de succéder à Nasser Larguet. Alors que Nourredine Naybet et Aziz Bouderbala (membres de la Fédé), et les adjoints du sélectionneur, Mustpaha Hadji et Patrice Beaumelle y ont pris part, Hervé Renard lui, n’a pas été invité.
Le choix d’un nouveau Dtn est une affaire importante pour une Fédération. Le fait de n’avoir pas associé le sélectionneur national peut être interprété comme ce message : Hervé Renard n’est pas concerné par l’avenir du football marocain. Cela peut s’apparenter à une fin de collaboration ou du moins à un inéluctable divorce.

Renard : «Ne pas avoir été convié à cette réunion sur l’avenir du foot national est un signal fort»
A bien y regarder ce nouvel acte de défiance s’inscrit dans la suite logique de nombreuses manœuvres, prêtées à des proches du président de la Fédé, en vue de déstabiliser le technicien français. Ainsi, des rumeurs disséminées dans la presse avaient fait état soit d’un départ de Renard après la Coupe du monde 2018, soit de son remplacement par Carlos Queiroz ou Laurent Blanc. Elles ont toutes été démenties par l’intéressé.
Si ses adjoints Beaumelle et Hadji lui ont rapidement avoué avoir participé à ladite réunion, Hervé Renard prend aujourd’hui acte de ce qui peut être considéré comme un ultime affront. Contacté par notre rédaction, le sélectionneur national ne se fait plus aucune illusion : «Ne pas avoir été convié à cette réunion sur l’avenir de la politique sportive du football national est un signe fort. S’il subsistait un doute sur mon avenir après la Can 2019, il n’y en a plus. Mais je reste un professionnel, un compétiteur, je suis concentré pour réussir cette Can.»
Par cette énième provocation, la Fédération a donc scellé le sort de Hervé Renard. Sous contrat avec le Maroc jusqu’en 2022, le double champion d’Afrique sait maintenant qu’il devra quitter les Lions de l’Atlas cet été après la Can égyptienne.
Avec Le360.ma

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here