PARTAGER

La dernière conférence de presse de André Villas-Boas a provoqué un gigantesque tollé au sein de l’Olympique de Marseille.

L’entraîneur olympien, André Villas-Boas (AVB), a profité mercredi de son passage face aux médias pour évoquer la nomination de Paul Aldridge comme conseiller de l’OM sur la vente des joueurs outre-Manche. Et le technicien portugais s’est montré plutôt circonspect sur le sujet. Surpris par cette intronisation, AVB a clairement exprimé sa stupéfaction.
«C’est une décision prise par Jacques-Henri que je viens de connaître via Andoni, la semaine dernière. Lui l’a connue le 30 décembre, c’est à lui de répondre et à Jacques-Henri de dire le pourquoi du comment de cette décision. C’est ta compétitivité sportive qui donne les possibilités, ce n’est pas en mettant un agent. C’est à Jacques-Henri d’expliquer. J’ai pris la décision avec surprise, mais c’est une question d’organigramme du club», confiait notamment le coach marseillais. En filigrane, le principal protagoniste interpellait son président sur la cohérence de l’arrivée de Aldridge dans l’organigramme du club phocéen.
Il faut dire que depuis sa venue sur la Canebière, Villas-Boas a apporté une certaine stabilité sportive, ce qui se ressent par une certaine quiétude en interne. Une sérénité que pourrait donc fragiliser Aldridge avec du trading de joueurs. Si André Villas-Boas a clairement mis son avenir dans la balance en conférence de presse, son intervention médiatique a suscité quelques remous en interne. Savamment orchestrée, la communication de AVB a provoqué des dommages collatéraux, notamment pour un certain Jacques-Henri Eyraud.

Le président de l’Om menacé de mort
Le président marseillais aurait en effet reçu des menaces de mort depuis le passage de son entraîneur devant la presse. Preuve que la situation se dégrade à l’OM, Eyraud a décidé d’agir. Selon les informations de La Provence, le président phocéen, surpris par les déclarations d’André Villas-Boas, aurait convoqué l’intéressé ce jeudi pour un entretien. Histoire d’apaiser les tensions et surtout repartir sur des bases saines. Andoni Zubizar­reta menacé depuis l’arrivée de Paul Aldridge, n’a pas été convié à ce rendez-vous.
L’entrevue entre les deux hommes a bien eu lieu. Et on nous a assuré que Villas-Boas ne pensait pas du tout à quitter l’OM et qu’il a choisi ce club alors que d’autres options étaient sur la table avant de s’y engager jusqu’en 2021. Un bon point du coup pour les fans de l’Olympique de Marseille ? C’est ce qu’on nous assure dans son entourage proche même si on se garderait bien de faire des pronostics dans un milieu où beaucoup de choses peuvent changer en un seul instant. Cette sortie avait donc, visiblement, pour seul but de renforcer un peu la position de son directeur sportif, dont il est très proche, et qui semble en difficulté.
Avec Footmercato

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here