PARTAGER

La communauté musulmane a célébré hier la Korité. Revenant sur le sens de ce mois de dévotion, de jeûne et de privation, l’imam Serigne Moustapha Abdoul Khadre, qui a dirigé la prière des deux rakkas, a invité les fidèles à garder les recommandations du ramadan. «Après le ramadan, il faut continuer à vivre dans le même esprit d’entraide et de l’amour du prochain», a prêché le guide religieux. Selon lui, tous les croyants doivent rejeter la jalousie et cultiver entre eux l’esprit de partage, surtout avec les plus démunis. Dans son sermon, il a aussi invité les fidèles à surtout mettre l’accent sur l’éducation des jeunes en vue de développer le pays. Selon lui, «ce n’est pas la pauvreté et l’ignorance qui peuvent développer un pays». L’islam demande d’éduquer, de s’aimer et de rester véridiques en toute chose. Il a enfin exhorté les fidèles à cultiver la confiance mutuelle entre eux.
Venu représenter le chef de l’Etat à la mosquée Massalikoul Djinane, le Premier ministre n’a pas manqué de livrer le message du Président Macky Sall à la communauté mouride : «Nous venons transmettre à l’imam Serigne Moustapha Abdoul Khadre le message de respect du chef de l’Etat afin qu’il le transmette au khalife général des Mourides. Nous sollicitons des prières pour un hivernage pluvieux et la paix dans le pays.» Mahammad Boun Abdallah Dionne a saisi cette opportunité pour présenter les condoléances du Président Macky Sall à la Oumah islamique, à tous les khalifes du pays et au Peuple sénégalais suite au rappel à Dieu du khalife général de Pire, Serigne Moustapha Cissé.
Il a aussi présenté les condoléances du chef de l’Etat à la Nation et à la famille de l’ancien Premier ministre du Sénégal, M. Habib Thiam. Le chef du gouvernement a sollicité de la part du Président Macky Sall des prières pour  une bonne tenue des Législatives.

Pour des Législatives paisibles
«Nous sollicitons les prières du khalife des Mourides, de tous les khalifes et du clergé catholique pour un bon déroulement des élections législatives», a dit M. Dionne. Il pense que c’est le pays qui s’en sortira vainqueur s’il y a une union des cœurs. C’est pourquoi il appelle toute la classe politique à s’en inspirer en vue d’une victoire du pays au soir du 30 juillet.
Interpellé sur cette question, Me El Hadji Diouf estime que même si ce sont des élections cruciales, elles restent tout de même des élections. A son avis, seule la dignité doit prévaloir. Le plus important, dit-il, c’est de faire prévaloir l’esprit d’entraide et d’unité, car «le perdant d’aujourd’hui pourrait être le président de la République demain», dit-il.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here