PARTAGER

En marge de la 25e édition du Saint-Louis jazz, un master class a été organisé au Prytanée militaire Charles Tchoréré de Saint-Louis. Comme par le passé, ce fut l’occasion d’échanges musicaux entre jeunes talents et musiciens confirmés. Samedi dernier, l’heure était à la restitution. Et la chanteuse Mama Sadio, aux côtés des jeunes, a offert de moments inoubliables de détente.

La chanteuse Mama Sadio était au chœur du master class organisé au Prytanée militaire de Saint-Louis par la Fondation Bnp Paribas dans le cadre de la 25e édition du Saint-Louis jazz. Elle restera désormais dans le cœur des jeunes en formation dans cet établissement de renom, mais aussi dans celui de leurs aînés : les anciens enfants de troupe, venus en masse assister à ce spectacle de restitution. Et pour cause, l’un des morceaux de son nouvel album Diar diar, intitulé Prytanée militaire, a fait tache d’huile. Mama Sadio et son groupe Sunu Jant ont, grâce à ce titre phare, rythmé la scène, faisant danser de joie les enfants de troupe. Ceux-ci, peu avant ce moment original, ont dans une collaboration avec plusieurs artistes et groupes de musique locaux montré leur savoir-faire et leur pratique des instruments : flutes, djembés, guitares…
Au départ, les jeunes musiciens du Prytanée militaire en uniforme ou en tee-shirt à l’effigie de la Bicis Bnp Paribas ont fait résonner dans une discipline militaire le chant de l’école sur un air traditionnel du terroir. Une belle prestation qui sera suivie de plusieurs autres morceaux, devant un public sélectionné de journalistes, anciens du Prytanée militaire, cadres de la Bicis ou encore de Patrick Pitton, nouveau directeur général de la Bicis, et son épouse. M. Pitton, au cours du cocktail qui a suivi la cérémonie de restitution du master class, n’a pas manqué de dire la joie de maintenir cette offre de collaboration entre son institution et le Prytanée militaire.
Saluant la rigueur, la discipline et l’excellence qui, pour lui, sont les trois mots caractérisant cette institution, Patrick Pitton a surtout invité les jeunes à maintenir le cap.
De leur côté, les membres de l’Association des anciens enfants de troupe ont dit leur joie de revenir à la source, regrettant que les jeunes en formation n’aient pas «beaucoup dégagé» sur le désormais tube culte de Mama Sadio. Selon le président de l’Aet, ce morceau, en plus du chant de l’école, entre désormais dans l’histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here