PARTAGER

Un soldat rappeur, ce n’est pas tous les jours qu’on en voit. Pourtant, après Shaggy, le Sénégal pourrait être le 2ème pays à compter un rappeur parmi les membres de ses Forces de l’ordre. Mais à la différence du Jamaïcain, notre soldat rappeur est toujours en formation à Bango. Samedi dernier, lors de la 10ème édition de la restitution du master class de la Bicis au Prytanée militaire, un soldat a arraché un tonnerre d’applaudissements au public. L’homme en tenue, appelé pour tenir en haleine le public, et permettre ainsi «aux souffleurs d’aller souffler», comme l’a mentionné le maître de cérémonie, a fait plus que son job. Il a littéralement mis l’assistance dans sa poche.
Sur un free-style, il a agencé les mots pour le simple plaisir d’avoir une rime. Et naturellement, le sens de ses phrases était le cadet de ses soucis. Ce que le public, semble-t-il, a adoré. Dès les premières phrases, c’est un fou rire qui s’est déclenché. Puis, les applaudissements ont commencé à s’échapper des tentes. Une situation cocasse qui n’était pas de trop. En effet, pour magnifier l’excellence dans tous les domaines, les enfants de troupe apprennent à jouer de la musique. Avec l’accompagnement de la Bicis, les enfants de troupe restituent chaque année les enseignements lors du Festival de jazz de Saint-Louis. Cette année, la tradition a été respectée avec une petite innovation. En effet, le Jamm, avant de revisiter son répertoire, a partagé la scène avec les enfants de troupe.
Les voix juvéniles, mélangées à l’expérience des membres de Jamm, ont permis au public de braver le froid. Mama Sadio aussi est passé présenter son nouveau single qui rend hommage au Prytanée militaire. Quant aux enfants de troupe, la logique de l’Armée a été respectée. Sérieux et appliqués, ils ont rendu une copie correcte.
mgaye@lequotidien.sn & cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here