PARTAGER

La pluie a accompagné les potaches de Matam qui ont démarré hier les épreuves du Bfem 2018. Un début difficile pour eux. Alors que les enfants nantis étaient conduits en véhicule, les autres prenaient des «Jakarata» et arpentaient les rues et ruelles d’Ourossogui pour rejoindre le Collège d’enseignement moyen de la ville. Pendant ce temps, les retardataires rejoignaient un en un le lieu d’examen. Et si certains sont parvenus à prendre le train en marche, d’autres ont tout bonnement raté la première épreuve, le français.
Au centre de Matam 1, l’école était quasiment inondée. Grâce à la détermination des soldats du feu qui sont venus évacuer l’eau sur instruction du gouverneur de la région, les candidats ont pu composer dans un environnement saint. L’inspecteur d’académie de Matam, Mbaye Babou, s’est rendu dans les trois plus grands centres du département. Il a visité le centre de Matam 1 où il y avait quelque 155 potaches, au centre de Matam 2 où sont inscrits 158 candidats (6 absents) dont 5 candidats libres ont été signalés, au centre d’Ourossogui, l’un des plus grands du département de Matam, voire même de la région, il y a eu 267 élèves (7 absents). Dans ce centre, le taux de présence est estimé à 95,61%.
Pour le Brevet de fin d’études moyennes (Bfem), Matam a enregistré au total 4 593 candidats, dont 2 892 filles, soit 62,96% sur l’effectif global. Ils sont répartis sur 50 centres, dont 18 à Kanel, 30 à Matam et 2 à Ranérou-Ferlo.
d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here