PARTAGER

Macky Sall a-t-il ouvert un dialogue politique parallèle ? En tout cas, en recevant samedi le Président Abdoulaye Wade, ils ont abordé les questions relatives au processus électoral et au statut du chef de l’opposition. Ces questions, d’après la déclaration commune des deux hommes, seront reprises dans le cadre du dialogue national. Mais la Commission politique du dialogue national, dirigée par le général à la retraite Mamadou Niang, se penche déjà sur ces points sans le Parti démocratique sénégalais (Pds) qui l’avait boycottée. D’ailleurs, les partis de l’opposition réunis au sein du Front de résistance nationale (Frn) comme Rewmi, les Khalifistes et autres, les non-alignés et la mouvance présidentielle sont en avance sur des point tels que le report des élections locales, le mode d’élection des maires, des présidents de Conseil départemental. Là, un consensus a été trouvé entre les différents acteurs. Récemment, le Pds a rejoint le Frn, après avoir gelé ses activités depuis l’épisode Oumar Sarr qui a répondu à Macky Sall contre la volonté de Wade. Aujourd’hui, certains pensent qu’il y a un dialogue parallèle : Wade-Macky et le dialogue politique. «Je ne vois pas de dialogue parallèle. Dans le communiqué final, à l’issue de la rencontre, il est bien dit que les questions relatives au processus électoral, au statut du chef de l’opposition seront reprises dans le cadre du dialogue national. Donc, nous nous réjouissons du fait que le Pds, qui était le seul parti de l’opposition absent du dialogue politique, décide enfin de rejoindre les autres partis de l’opposition. Ils ont dit que les discussions vont se prolonger là-bas. Cette décision du Pds de rejoindre le dialogue politique est importante pour nous», a commenté Matar Sourang, hier, par téléphone.
Le coordonnateur du Frn d’ajouter : «Donc, il n’y a aucun problème. Le Pds va prendre sa place. Je pense que c’est bien que toute l’opposition fasse maintenant bloc pour discuter de ces questions-là. Le Pds a une expérience avérée en termes de processus électoral et c’est une force politique au plan national. Il n’y a pas de retard. Il y a des questions qui ne sont pas encore abordées. Nos plénipotentiaires se concertent en permanence pour voir les questions à aborder. Je pense que l’arrivée du Pds va justement renforcer notre position, l’enrichir.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here