PARTAGER

De l’union des cœurs en passant par les émotions, voilà les moments qui ont marqué le match de gala de la Fondation Afrivac en collaboration avec les amis de El Hadji Diouf et ceux de Nicolas Anelka ce samedi au stade Léopold Sédar Senghor. Une initiative organisée dans le but de collecter des fonds au profit de la vaccination des enfants au Sénégal et en Afrique qui a connu un franc succès en dépit de l’absence de la guest-star Diego Maradona.

Sur le terrain, il y avait d’un côté les amis de El Hadji Diouf avec la génération 2002 presqu’au complet. Et de l’autre, d’anciens internationaux africains et européens dont l’ex-joueur de l’Equipe de France, Nicolas Anelka. Le temps d’un match de football, les 22 acteurs ont assuré le spectacle devant un public venu en grand nombre.
A l’image de El Hadji Diouf qui, malgré le poids de l’âge, a régalé le public de Senghor par ses prouesses techniques. La patte gauche de Khalilou Fadiga ou encore les tacles rageurs de l’ancien capitaine des Lions et actuel sélectionneur de l’Equipe nationale, Aliou Cissé, sont aussi passés par-là. Autant de souvenirs pour offrir du beau spectacle aux nostalgiques.
En face, Nicolas Anelka a séduit le public de «Senghor» par une certaine fraîcheur physique. D’ailleurs, il sera dans le coup sur les deux buts de son équipe pour avoir été le passeur décisif sur le premier but de Piquionne et sur le deuxième de Pascal Feindouno.
Il faut noter la courte prestation de Hervé Renard, l’entraîneur du Maroc et double champion d’Afri­que avec la Zambie et la Côte d’Ivoire. Victime d’un choc avec Mamadou Niang en début de partie, le technicien français a finalement préféré rejoindre le banc après quelques minutes de jeu.

Maradona, le grand absent
La génération 2002 qui s’est créée beaucoup d’occasions parviendra à réduire le score en seconde période sur un penalty transformé par Khalilou Fadiga.
La seule fausse note de la soirée a été sans nul doute l’absence de Diego Maradona. Parrain de l’événement, l’ancien capitaine de l’Equipe nationale d’Ar­gen­tine n’a finalement pas effectué le déplacement. Une absence de taille, alors que les organisateurs l’attendaient jusqu’à la veille du gala.
Très satisfait du succès de l’événement, les différents acteurs n’écartent pas l’idée d’une seconde édition l’année prochaine afin de permettre à la génération 2002 de prendre sa revanche. Surtout après une défaite à domicile. Ce sera également une façon de poursuivre le combat afin de collecter d’autres fonds au profit de la vaccination des enfants au Sénégal et en Afrique.

C’est dit… C’est dit… C’est dit…

El Hadji Diouf, ancien attaquant des Lions : «La vaccination a gagné»
gala«Pour une première, je pense que ce n’est pas mal. Il y avait beaucoup de monde dans le stade. Le plus important, c’est qu’Afrivac a gagné, la vaccination a gagné. C’est cela le plus important. On n’avait jamais perdu à domicile avec cette équipe. Mais je dirais que c’est une belle défaite parce que le public est content. Ils ont vu leurs idoles. Avec la génération 2002, on va continuer à aider le football sénégalais. On va se réunir prochainement pour voir comment aider notre football. Je crois que les jeunes ont besoin de nous. C’est le bon moment pour cette jeunesse de réaliser ce qu’on n’a pas pu réaliser. C’est le moment d’être derrière notre Equipe nationale. On fera tout notre possible pour qu’elle devienne meilleure.»

Nicolas Anelka, ancien attaquant des Bleus : «Un bilan positif»
«On est ravi du résultat, pas seulement sur le terrain, mais pendant ces deux jours. Physiquement, je garde mon rythme, je m’entraîne souvent. J’ai encore un peu de jambe pour faire la différence. Si on nous donne l’opportunité de refaire ce genre d’événements, ce serait avec un grand plaisir que je reviendrais au Sénégal. Le bilan est positif. On a pu aller dans un hôpital pour voir comment les choses sont faites. Avec ce genre d’événements, on espère faire encore plus de choses. Et il y aura peut-être la revanche l’année prochaine. Je pense que El Hadji va vouloir faire un match retour. C’est avec un grand plaisir et je serai là l’année prochaine.»

Aliou Cissé, ancien capitaine des Lions : «On a besoin de cette unité pour la Can»
«Un grand plaisir de retrouver des amis avec qui on a eu une aventure extraordinaire. Les occupations de la vie nous ont divisés depuis pratiquement 14 ans. Nous sommes ensemble pour quelque chose de très noble. C’est la cause des enfants. Donc, que du plaisir ! Je trouve que ce serait bien de continuer à faire ça. Quand on voit les gens qui sont là, cela prouve qu’au Sénégal on est capable de faire venir n’importe qui dans ce pays, en matière de football. Ce sont des actions à pérenniser. Cette unité, cette appartenance à un Peuple, à un drapeau, à une Equipe nationale, on en aura besoin pour la Can. Mais également les prières de ce Peuple. On essayera de faire un meilleur parcours pour que Peuple sénégalais soit fier de leur Equipe nationale.»

Pascal Feindouno, ancien international guinéen : «Des matchs comme ça, on vient sans réfléchir»
«C’est mon premier match à Léopold Sédar Senghor. Je suis déjà venu en stage ici au Sénégal avec la Guinée. Je suis vraiment content. On a fait du spectacle. On a été bien accueilli. Du début à la fin, c’est la classe au niveau de l’organisation. Des matchs comme ça, en plus pour les enfants, on vient sans réfléchir.»

Habib Bèye, ancien défenseur des Lions : «Important de se regrouper pour la bonne cause»
«On s’est réuni pour Afrivac et pour cette cause, cela fait plaisir de revoir les gars. Cela fait presque 10 ans qu’on ne s’était pas revu. On est tous des frères. Nous sommes là pour une bonne cause. Et c’est important qu’en Afrique on se regroupe pour ce genre d’évènements. J’ai quitté la sélection en 2008. Revenir ici dans mon pays avec mes frères, c’est beaucoup d’émotion. Aujourd’hui, on est très content. Merci au public et on rend hommage à toute cette génération.»

Khalilou Fadiga, ancien attaquant des Lions : «Des moments forts qu’on devrait vivre souvent»
«Ce genre d’initiatives prouve que nous sommes capables de nous aider, nous Africains. De voir autant de personnes dans ce stade, cette belle initiative parrainée par le ministre de la Santé, les gens d’Afrivac, Nicolas Anelka, El Hadji Diouf, la génération 2002 et tous les joueurs qui ont fait le déplacement, c’est exceptionnel. On n’a pas assez de mots pour remercier toutes ces personnes. Ce sont des moments forts qu’on devrait vivre souvent. Cette communion entre la génération 2002 et le public sénégalais, c’est à refaire.»

Salif Diao, ancien milieu des Lions : «Après le sportif, il nous reste le social»
«Il faut qu’on s’organise beaucoup plus. C’est important de donner de notre temps à ce public, aux enfants. On a encore beaucoup de choses à apporter au Peuple sénégalais. Sur le plan sportif, il y en a eu. Maintenant, sur le plan social, en étant soudé, nous pouvons apporter beaucoup de choses. C’était bien de retrouver certains collègues et de passer des moments ensemble.»

Matar Ba, ministre des Sports : «Des galas à renouveler»
«C’est toujours un plaisir de retrouver nos champions de 2002 et d’autres stars du football pour accompagner une action extrêmement importante qui touche la santé et Afrivac qui se bat pour que nos enfants soient vaccinés. C’est une fierté de voir le sport utilisé pour booster d’autres secteurs. Cela montre qu’il est un facteur important du développement. Ce genre de galas doit être renouvelé au Sénégal.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here