PARTAGER

En Mauritanie, deux grosses officines pharmaceutiques ont été fermées à Nouakchott par les autorités sanitaires. C’est la première étape d’une vaste campagne de répression contre ceux qui importent et commercialisent des produits pharmaceutiques falsifiés.

Depuis le 29 octobre, les inspecteurs du ministère de la Santé sont à pied d’œuvre. Ils ont commencé un travail d’inventaire de tous les médicaments dans les 400 dépôts pharmaceutiques de Nouakchott pour en déterminer l’origine et la qualité.
C’est notamment le cas de Ahmed Mohamed Boudahi, Inspecteur général : «Nous agissons dans le cadre d’une réorganisation du secteur pharmaceutique du pays. Nous voulons que tous les acteurs se conforment à la loi de 2010 sur les pharmacies. Ce n’est pas souvent le cas.  Il faut respecter le cahier des charges pour avoir l’agrément en vue de l’ouverture d’un dépôt de médicaments et d’une pharmacie avec un docteur dans ce domaine en permanence. Il faut que les médicaments soient de bonne qualité et bien conservés.»
En cas de non-respect du cahier des charges, l’Inspecteur général du ministère de la Santé réaffirme la fermeté du gouvernement : «Le 30 novembre, c’est la fermeture des officines qui n’auront pas rempli le cahier des charges.» Beaucoup de pharmaciens trouvent le délai très court. Ils envisagent de demander au gouvernement un délai d’un mois supplémentaire.
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here