PARTAGER

Le Syndicat autonome pour le développement de l’éducation et de la formation (Sadef), affilié à la Cnts/Fc, a du mal à accepter le déficit de tables-bancs auquel sont confrontés la plupart des écoles de Vélingara. «On nous a informé qu’il y a un énorme déficit en tables-bancs dans le département. Et il arrive que des établissements refusent de prendre des élèves, prétextant le manque de tables-bancs ou demandent à ce que le parent trouve auparavant une table. C’est un scandale. Où est le droit à l’éducation ? Nous ne pouvons pas accepter que des élèves soient lésés pour un défaut de tables-bancs. C’est à l’Etat de doter tous les établissements le nombre de tables-bancs qu’il faut pour que les élèves étudient correctement», dit Mbaye Sarr, secrétaire général du Sadef. Un chef d’établissement a confirmé l’énorme déficit en tables dans l’académie. «Le programme de résorption des abris provisoires n’a pas de sens s’il ne s’accompagne pas d’une dotation en tables-bancs. Il est plus facile pour un établissement de construire des abris de fortune que d’équiper toute une classe en tables-bancs», explique cet enseignant qui a pris part à la rencontre entre les syndicats et le secrétaire général de la Cnts/Fc, qui est en tournée nationale pour s’enquérir des difficultés vécues par les travailleurs pendant la pandémie du Covid-19. Evidemment, il a recueilli leurs préoccupations et doléances pour leur prise en charge par la centrale syndicale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here