PARTAGER

En butte à de nombreuses difficultés dans l’exercice de leur profession, les acteurs du secteur de l’immobilier à Mbour préparent un forum pour évoquer les enjeux de leur profession. En attendant, ils souhaitent un assainissement de leur secteur par l’Etat.

L’Union des acteurs de l’immobilier de la Petite Côte qui regroupe les différents corps de métiers du secteur, en partenariat avec la Sapco, était en conclave ce week-end à Mbour pour se pencher sur le thème «Enjeux, défis et perspectives de l’immobilier au Sénégal». Cela est un premier jalon posé en prélude au forum sur l’immobilier qui aura lieu en fin d’année. Cette rencontre avait pour objectif de créer un cadre d’échange entre les professionnels sur les questions liées à l’accès au logement, la cherté du loyer,  le financement, les techniques de construction, l’assurance, la formation et l’amateurisme, entre autres. Au sortir de cette rencontre, le président du Gie Patronal de l’immobilier de la Petite Côte et ses camarades ont invité l’Etat à assainir le secteur.
Les acteurs de l’immobilier de la Petite Côte sont confrontés à de nombreux problèmes dans l’exercice de leur profession. C’est dans ce cadre qu’ils ont mis en place l’Union des acteurs de l’immobilier de la Petite Côte afin de dégager des pistes de solution pour une meilleure prise en charge des difficultés liées à la gestion de leur secteur. Mieux, à participer à la relance du secteur touristique. Lors de la tenue ce week-end d’un atelier à Mbour sur le secteur immobilier dans la Petite Côte et les opportunités d’investissement dans le secteur touristique à travers les projets de la Sapco, les acteurs ont mis le doigt sur la plaie du secteur. Babacar Lam, le président du Gie Patronal de l’immobilier de la Petite Côte, liste les maux : «On a beaucoup d’amateurs et de non-professionnels depuis qu’on a libéralisé le secteur. Il y a la valeur élevée de l’immobilier, les difficultés d’accès au logement, notamment le financement, la spéculation foncière ou encore le manque de formation au métier d’agent immobilier. Il y a beaucoup d’autres problèmes qui sont dus aux doubles emplois au niveau des mairies. Voilà autant de contraintes qui nous poussent, nous nationaux, à nous mobiliser pour trouver des solutions positives, pour une participation inclusive dans le cadre de la réglementation des programmes fonciers en vigueur, avec le régime fiscal de notre pays», a-t-il indiqué.
Pour trouver une solution à ces nombreux problèmes, le président du Gie Patronal de l’immobilier de la Petite Côte a invité l’Etat à faire le grand ménage : «Notre plus grand un besoin, c’est l’assainissement du secteur. A l’heure où les nouveaux pôles urbains sont en expansion, les pouvoirs publics doivent nécessairement créer les conditions favorables à une expansion urbaine ordonnée, une densification résidentielle maîtrisée ainsi que la prise en compte de la dimension environnementale pour améliorer la gestion de l’énergie», a déclaré Babacar Lam.
L’Union regroupe en son sein 32 agences immobilières. Elles attendent de l’Etat qu’il puisse leur apporter des solutions en ce qui concerne l’investissement national de même que l’assainissement du secteur à travers des décrets et des réformes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here