PARTAGER
Yatma  Fall, président de la Fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées.

L’absence d’implication de bon nombre de ministères concernés pour rendre effective la carte d’égalité des chances empêche les bénéficiaires de jouir de ce sésame. Ce qui pousse les handicapés regroupés autour d’une fédération présidée par Yatma Fall à revendiquer la tenue d’un Conseil présidentiel sur le handicap.

Le président de la Fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées, Yatma  Fall, a invité hier à Saly, lors de l’ouverture de l’atelier de revue des programmes d’autonomisation de la direction générale de l’Action sociale, le président de la République à la tenue d’un Con­seil présidentiel sur le handicap, car l’effectivité de la carte d’égalité des chances pose problème.
A en croire Yatma Fall, les handicapés, même s’ils se ré­jouissent de la carte d’égalité des chances instituée et lancée par le président de la Répu­bli­que, re­grettent aujourd’hui que ce programme de filet social qui doit aider la personne handicapée à avoir beaucoup plus de facilité aux services sociaux de base ne soit pas effectif. «Au­jourd’hui, nous sommes à 26 mille cartes d’égalité des chances produites sur un objectif de 50 mille en fin 2017, le rythme est bien tenu. Il faut insister pour que la production s’accélère, mais le plus gros problème de la carte d’égalité des chances c’est un peu moins leur production que l’effectivité des services offerts qui est d’avoir un accès plus facile aux services sociaux de base qui ont été recensés. C’est d’abord la santé, l’éducation, la formation, le transport, ce sont les problèmes d’accessibilité, c’est l’habitat, les financements. Et tous ces services sont portés par différents ministères. Or la tutelle des handicapés est exercée par le ministère de la Santé et de l’action sociale. Donc, il s’agit aujourd’hui de tout faire pour que les autres mi­nistères sectoriels impliqués dans la carte aussi mettent la main à la patte pour que la carte puisse être utile et servir à quelque chose», a souligné M. Fall.
Aujourd’hui, dira le président de la Fédération des associations de personnes handicapées, pour régler le problème, l’heure est à la tenue d’un Conseil présidentiel. «On n’a des cartes distribuées, mais on est souvent interpellé par des handicapés qui nous disent qu’ils ne peuvent rien faire avec ; tout simplement parce que les autres ministères impliqués dans cette carte n’ont pas mis sérieusement la main à la patte. C’est pourquoi nous lançons un appel en direction de ces différents ministères sectoriels, mais surtout pour réitérer notre demande auprès du président de la République que nous remercions pour tous les efforts qu’il a faits pour la tenue du Conseil présidentiel sur le handicap. Nous pensons que ce conseil qui devra regrouper tous les acteurs concernés sur le handicap autour du président de la République pourra être un moment de plaidoyer, mais aussi pour le chef de l’Etat de donner de fermes directives aux ministères concernés pour que la carte d’égalité des chances soit une réalité», a précisé Yatma Fall.
Cette rencontre qui prend fin jeudi devra à terme partager avec les acteurs cibles les résultats de l’exécution 2016 des programmes de la direction de l’Action sociale, mais également les orientations pragmatiques de 2017, a déclaré madame la directrice générale de l’Action sociale, Khadissatou Gaye Alainchar.
 abciss@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here