PARTAGER

La bataille de leadership qui mine le Réseau national des enseignants de l’Apr appartient désormais au passé. Après l’escalade verbale, c’est le temps de la raison. Youssou Touré, qui participait au forum organisé par ledit réseau sur le thème «Les propositions du gouvernement aux syndicats et des recommandations du réseau pour une sortie de crise», a invité ses camarades au «dépassement». «Il faut qu’on apprenne à être ensemble, car cette division crée des problèmes artificiels qui risquent de nous mener dans des sentiers très négatifs. Ces querelles de leadership nous retardent. Le Sénégal est sur la voie de l’émergence, donc il faut qu’il y ait un sursaut patriotique. On ne joue pas avec l’avenir d’un pays, il faut que nous discutions», a dit Youssou Touré.
Auparavant, le président du Réseau national des enseignants de l’Apr a d’abord craché ses vérités à ses détracteurs tapis dans le pouvoir. «Les insultes, les calomnies, les dénigrements et autres ne peuvent pas nous atteindre. Personne ne peut rien contre personne, tout dépend de la volonté divine. Notre volonté est dérisoire par rapport aux préoccupations des populations qui sont à notre écoute. Quand des groupuscules se forment pour tirer à bout portant sur des camarades, je crois que ce n’est pas  une marque d’estime, de patriotisme, parce que quand il y a des problèmes, nous pouvons les régler en interne, arrêter des mesures pour que tout le monde puisse se retrouver», a conseillé M. Touré.
Dans la même veine, le président du Conseil national des sages et le représentant de la Cellule d’initiative et d’alerte ont invité les enseignants de l’Apr à taire leurs divergences en leur rappelant que le seul agenda qui vaille, c’est la réélection du Président Macky Sall au premier tour. Malgré cette invite, certains enseignants se sont levés pour déplorer le fonctionnement de leur réseau. «Nous ne sommes pas des marionnettes. Nous avons fait une longue distance pour venir ici, à Saly, et on nous sert des discours à dormir debout. Nous voulons qu’ils laissent les gens se prononcer sur les problèmes internes, et c’est mieux», a lancé un membre de la délégation de Bambey. Des propos qui en disent long sur la précarité de cette unité tant vantée par certains membres du Réseau des enseignants du parti au pouvoir.
abciss@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here