PARTAGER

Quatre mois après son élection à la tête de la mairie de Diass, Cheikh Tidiane Diouf s’est engagé à porter les préoccupations de la commune devant le chef de l’Etat. Il a profité du Sargal que les populations de Bandia lui ont réservé pour demander au Président Macky Sall de revoir les décrets portant immatriculation des terres de l’Etat à Diass pour une extension de la commune. «Une grande partie du Pse se trouve à Diass. Aujourd’hui nous sommes à Bandia, nous avons des difficultés et c’est le lieu de remercier l’honorable député Pape Songo Diouf qui n’a jamais cessé de défendre le problème des terres de Diass», a d’abord déclaré Cheikh Tidiane Diouf, qui souligne que sa commune doit être «une urgence pour le gouvernement». Le maire relève que Diass abrite, entre autres, l’Aibd qui occupe 800 hectares, le pôle Daga-Kholpa avec 3000 hectares, la Zone économique spéciale intégrée (Zesi) n°1 sur 718 hectares et le n°2 sur 10 000 hectares. «Tout cet espace a été pris dans notre commune alors que les villages doivent s’agrandir. Partout dans la commune de Diass, nous avons des terres immatriculées au nom de l’Etat et beaucoup de ces décrets ont été pris du temps de Me Abdoulaye Wade», a dit M. Diouf. Alors, l’élu membre de la mouvance présidentielle demande au Président Sall de réviser ces décrets de Wade. En dehors du problème foncier, il a évoqué aussi le problème de l’eau et du bitumage des routes et souhaité le désenclavement de certains villages. Il dit inscrire également dans ses priorités l’emploi des jeunes et la construction du canal de Diass. Sous ce rapport, Cheikh Tidiane Diouf mise sur la responsabilité sociétale. En écho à ces propos, le député maire de Nguekokh Pape Songo Diouf, qui représentait Me Omar Youm, le coordonnateur de Bby dans le département de Mbour à cette cérémonie, a promis de porter ces doléances de Diass à l’Assemblée nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here