PARTAGER
Amadou Hott, ministre de l’Économie, du plan et de la coopération.

Le ministre de l’Economie, du plan et de la coopération a visité hier les Zones économiques spéciales de Sandiara (Zees) et la Zone économique spéciale intégrée de Diass (Zesid). Amadou Hott a rencontré les chefs d’entreprise qui y sont installés. A l’étape de Sandiara, il a invité les autres localités à s’inspirer de ce modèle. «C’est un modèle très innovant avec des financements jusqu’ici, exclusivement de l’Etat et de la mairie. Maintenant, l’Etat central va voir quel est l’apport qu’il pourra apporter pour que ce partenariat public-privé entre la commune, le secteur privé national et international puisse se développer», a-t-il indiqué, invitant le secteur public national à venir s’installer à Sandiara. M. Hott espère que ce Forum économique pourra attirer plus d’investisseurs et promet, dans ce sens, que l’Etat est prêt à les accueillir dans le cadre de la relance économique. Mais surtout il a exhorté les entreprises qui sont dans la production de poisson à «élargir la chaîne de valeur pour qu’elles puissent exporter le moins de poissons bruts et transformer le produit sur place pour capturer la valeur ajoutée localement». Le ministre annonce des concertations avec les acteurs dans les prochaines semaines pour que plus de valeur reste dans notre pays. Le ministre de l’Economie, du plan et de la coopération a également plaidé pour un coût de l’électricité compétitif. «Pour exporter, il faut être compétitif ; et pour l’être, il faut que les coûts de production, les facteurs production soient les moins chers possibles. Et l’énergie joue un rôle capital», a relevé Amadou Hott. Il précise d’ailleurs que le Directeur général de la Senelec travaille déjà sur une production pour permettre l’accès régulier à l’électricité à un coût le plus compétitif possible. Le maire de Sandiara, Serigne Guèye Diop, a rappelé, quant à lui, que cette zone est fondamentale dans la politique du pays en termes d’attrait pour les investisseurs étrangers. Elle abrite aujourd’hui 33 usines enregistrées dont 6 sont déjà fonctionnelles et est adossée à une douzaine d’agropoles dont les produits sont transformés par les industries alimentaires ou mécaniques.
A Diass, Amadou Hott qui s’est réjoui de voir des installations modernes pour aider les entreprises non seulement à importer mais également à exporter toutes sortes de produits. Le ministre a également visité la zone de stockage très moderne pour les produits secs et pour les produits froids. Une visite qui l’a mené au niveau de la société 2AS et Teyliom qui sont dans le Zes de Diass surtout dédiée à l’exportation. Selon lui, le Cargo village devrait permettre d’exporter des produits frais, surtout du poisson ou des produits maraîchers qui sont des cultures à haute valeur ajoutée. «Nous espérons que dans le futur, cette Zes puisse attirer des entreprises qui peuvent être dans l’électronique par exemple, dans l’exportation via le fret aérien. C’est cela l’importance d’être collé à un aéroport international comme l’Aibd», a conclu le ministre en charge de l’Economie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here