PARTAGER

Me Amadou Sall s’est prononcé sur le débat autour de la paternité de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aidb), inauguré le 7 décembre dernier par le Président Macky Sall. En marge de la finale de la Coupe du maire de Pékesse qu’il présidait samedi dernier, le responsable libéral a déclaré : «Tout ce que Macky Sall fait, c’est baptiser des enfants dont il n’est pas l’auteur. C’est bien de baptiser les enfants d’autrui, mais quand on le fait, qu’on regarde quand même le concepteur. Mais il oublie le père biologique, étant un père putatif relativement paresseux. Car être paresseux, c’est se limiter à baptiser les enfants d’autrui et pas plus.» Il ajoute : «J’ai écouté le Président Macky Sall qui a parlé de continuité de l’Etat. Mais en parlant de continuité, on a omis la personne de Abdoulaye Wade. Que cela lui plaise ou pas, Wade a été le troisième président de la République du Sénégal. Il eut été mieux, s’il était invité à y participer. Je dis les choses de façon brutale. On invite Abdou Diouf et les autres et on met une croix sur Abdoulaye Wade sur tout ce qui se passe dans ce pays. C’est vrai que les Présidents Senghor et Diouf ont travaillé pour beaucoup de choses. Malheureu­sement, Macky fait une croix sur Wade qui est le véritable bâtisseur, le véritable constructeur. Les Sénégalais aussi feront une croix sur lui (Macky Sall).»
Me El Hadj Amadou Sall a par ailleurs qualifié Macky Sall de président «le plus violent» et de «revanchard» qui «n’hésite pas, pour des questions personnelles, à emprisonner le maximum de Sénégalais». Et c’est pour parler aussi du cas Khalifa Sall dont le procès s’ouvre jeudi prochain. Il a dénoncé «la rapidité avec laquelle l’ordonnance de refus de consigner est prise» et «la rapidité avec laquelle une citation lui est servie». C’est pourquoi il se dit convaincu que le procès du maire de Dakar ne peut être «équitable».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here