PARTAGER
Me Malick sall.

Le ministre de la Justice est convaincu que le Sénégal n’a de leçons à recevoir de personne en matière de respect des droits de l’Homme. Me Malick Sall présidait hier un atelier de validation du projet de Stratégie nationale des droits de l’Homme.

Le ministre de la Justice est on ne peut plus clair en ce qui concerne le respect des droits humains dans ce pays. «Le Sénégal n’a de leçons à recevoir de personne en matière de respect des droits de l’Homme», cogne Me Malick Sall. Le garde des Sceaux répondait en effet à une interpellation sur les propos de certains Sénégalais. Lesquels estiment que les droits humains sont en train d’être bafoués au Sénégal. M. Sall de soutenir mordicus : «On ne prête qu’aux riches. C’est parce que le Sénégal est une référence en matière de droits de l’Homme qu’on réclame toujours un peu plus au Sénégal. C’est normal. Nous avons l’habitude d’être présents dans les forums internationaux, nous avons toujours été salués par notre niveau d’avancement. Le Sénégal, dans ce domaine-là, n’a pas de complexe.» Le successeur de Ismaïla Madior Fall assure qu’objectivement nous pouvons «être fiers d’être Sénégalais en ce qui concerne le respect et la mise en exécution des recommandations des instances internationales s’agissant du respect des droits de l’Homme, du citoyen sénégalais». Bref, poursuit-il, le Sénégal est «une référence et je suis fier de la porter».
Me Malick Sall présidait hier l’atelier de validation du projet de stratégie nationale des droits de l’Homme. La rencontre est organisée par ledit ministère à travers la direction des Droits humains. Durant deux jours, les acteurs vont réfléchir sur ce projet de stratégie nationale des droits de l’Homme, mais également voir quels sont les voies et moyens de rendre le Conseil consultatif national des droits de l’Homme et du Droit international humanitaire (Ccndh-Dih) plus efficace dans l’accomplissement de ses missions. «Cette rencontre est une étape décisive dans le processus de mise en œuvre effective des droits de l’Homme dans lequel notre pays s’est toujours inscrit depuis son accession à la souveraineté internationale», a déclaré le ministre de la Justice Me Malick Sall.
Selon lui, l’idée d’élaborer une Stratégie nationale des droits de l’Homme, qui est une première au Sénégal, est née d’un constat. En effet, explique-t-il, «à l’instar des grandes démocraties, le Sénégal s’est toujours engagé à promouvoir et protéger les droits de l’Homme». Cet engagement s’illustre, ajoute Me Sall, «par le nombre important d’instruments juridiques régionaux et internationaux de protection des droits de l’Homme auxquels il a adhéré et dont la mise en œuvre n’a jamais souffert de manque de volonté ou d’efforts de la part de l’Etat». En plus, d’après M. Sall, la gestion des questions de droits de l’Homme au niveau national par un nombre important d’institutions ou d’acteurs reflète la place de choix que l’Etat donne à leur effectivité.
Au-delà de l’inscription des diverses actions menées dans une même perspective et une meilleure coordination et concertation entre les acteurs, la Stratégie nationale des droits de l’Homme à d’autres objectifs. Elle permettra aussi de faire un état des lieux sur les plans, notamment pratique, législatif, institutionnel et administratif, mais également d’identifier les défis à relever pour mieux agir dans les années à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here