PARTAGER

Le président du Conseil départemental de Saint-Louis souhaite que la distribution de l’aide alimentaire se fasse «sans discrimination». Mais en attendant, Me Moustapha Mbaye, qui salue les «efforts considérables» du maire Mansour Faye et ses collègues des autres communes, affirme qu’il n’a été consulté «à aucun moment» sur cette distribution.

Quelle lecture faites-vous des mesures annoncées pour faire face au Covid-19 ?
Rapportées aux moyens modestes de notre pays, il faut reconnaître que des mesures extrêmement importantes ont été prises par le président de la République qui a très vite pris la pleine mesure de la menace et réagi conséquemment pour y faire face, avec le soutien de la quasi-totalité de la Nation. L’instauration du couvre-feu, l’interdiction du transport interurbain de voyageurs et la communication à outrance sur les gestes-barrières pour limiter la propagation du Covid-19 sont des mesures très salutaires. De même, les mesures d’accompagnement en direction des ménages défavorisés avec notamment plus de 18 milliards pour le paiement des factures d’électricité et d’eau, la distribution de vivres pour plusieurs dizaines de milliards vont assurément soulager les plus démunis. Enfin, le soutien massif aux entreprises soumises à rude épreuve pour soutenir le secteur privé et préserver l’emploi afin de conjurer les effets de la prévisible récession, voire même dépression, qui guette l’économie mondiale me paraît d’une particulière pertinence. Espérons que cela suffira pour endiguer le fléau dans les plus brefs délais ! Mais tenons-nous prêts à consentir de plus grands sacrifices encore pouvant aller jusqu’au confinement total si ça devait s’imposer !

Au-delà de la mairie, quel rôle joue le Conseil départemental de Saint-Louis dont vous êtes le président ?
Comme tous les élus, qu’ils soient municipaux ou départementaux, il nous appartient d’être en première ligne dans cette bataille en mettant à contribution notre leadership pour impulser et coordonner les efforts déployés par notre pays dans nos différents territoires afin de stopper le virus. A cet égard, il s’agit d’abord de communiquer avec les populations en vue d’obtenir leur totale compréhension, adhésion et collaboration aux mesures édictées par l’autorité. J’observe que dans le département, le maire Mansour Faye et ses collègues des autres communes déploient des efforts considérables, et il faut les en féliciter. Pour notre part, le Conseil départemental de Saint-Louis a déjà libéré la contribution attendue par le chef de l’Etat de tous les départements du Sénégal au compte ouvert au nom du Comité national de lutte contre le virus. Dans la même foulée, nous sommes en train de réunir les moyens financiers et logistiques pour soutenir les comités des cinq communes et venir ainsi en aide aux structures de santé en produits sanitaires, mais aussi assister les populations défavorisées en vivres. C’est ainsi que dès la semaine prochaine, nous mettrons à la disposition des comités communaux un important lot de produits de désinfection (javel, savon, gels alcoolisés et masques). Nous nous organisons aussi pour accompagner les mesures prises par le gouvernement dans la distribution de vivres.

Y a-t-il une collaboration entre le Conseil départemental et la mairie dans la lutte contre le coronavirus ?
Il ne s’agit pas pour le Conseil de collaborer exclusivement avec une mairie donnée, fut-elle de Saint-Louis, mais avec l’ensemble des cinq communes du département. Nous essayons, dans le cadre que nous avons évoqué plus haut, d’apporter notre modeste contribution aux comités communaux mis en place sous la responsabilité des autorités administratives, municipales et médicales. Nous avons soutenu aussi les forces de sécurité pour leur permettre d’avoir les moyens d’assurer le respect du couvre-feu et de l’interdiction des rassemblements publics. Il faut les féliciter et les aider dans leur mission de salut public. Je voudrais aussi avoir une pensée reconnaissante à l’ensemble du corps médical dont le dévouement et l’engagement sans faille dans la guerre contre le Covid-19 fait l’admiration de tous.

Vous sentez-vous impliquée, en tant que collectivité, dans la distribution annoncée des vivres alimentaires ?
A vrai dire, je n’ai été consulté à aucun moment. Mais je n’exclus pas que cela se fasse dans les prochains jours, car je ne vois pas comment procéder à de telles opérations sans s’appuyer sur la connaissance du terrain et des populations des élus locaux et sans capitaliser sur le rôle de coordination, et donc de correction des possibles disparités des Conseils départementaux. Je crois savoir du reste qu’un cadre a été défini, mettant en synergie les autorités administratives et médicales, les élus locaux, les populations, etc. J’espère que les élus départementaux ne seront pas laissés en rade. Mais au-delà, la grande préoccupation de tous devrait être que l’aide parvienne vraiment à ses destinataires légitimes, sans discrimination et leur permettre de traverser l’épreuve. Et dans cette perspective, l’implication des forces armées annoncée par le chef de l’Etat permettra de rassurer les plus sceptiques.

Avez-vous pris des mesures d’accompagnement pour les pêcheurs par exemple ? Lesquelles ?
Je crois plus judicieux de laisser aux comités locaux la responsabilité de décider des mesures spécifiques en direction des différentes catégories de populations de leur commune. Et nous essayons, en ce qui nous concerne, de leur apporter notre soutien dans la définition et la mise en œuvre de ces mesures, mais surtout dans la fourniture de moyens additionnels. Je peux vous dire d’ores et déjà que le comité communal de Saint-Louis prévoit des mesures au niveau du quai de pêche pour que les conditions de travail soient aux normes. De même, des initiatives sont-elles prises pour assister les pêcheurs qui se trouvent piégés en Mauritanie ou dans d’autres localités du Sénégal. Sans compter les aides générales dont vont bénéficier les couches les plus vulnérables.

1 COMMENTAIRE

  1. La politique n’a rien à faire dans la distribution de ces produits alimentaires aux populations. De grâce n’y mettez surtout pas vos mains crasseuses. Parceque nous connaissons déjà comment vous allez vous y prendre . Les populations sans coloration politique ont besoin dans leur ensemble de cette aide. Alors dégagez vos mains de cette distribution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here