PARTAGER

La question de la recevabilité de la constitution de partie civile de l’Etat est revenue à la barre de la Cour d’appel de Dakar dans l’affaire de la caisse d’avance de la Ville de Dakar. Comme d’habitude, la défense et les avocats de la mairie de Dakar ont demandé que l’Etat sorte du dossier. Me Ousseynou Gaye de la Ville de Dakar s’étonne de voir la manière dont l’Agent judiciaire de l’Etat «s’entête à se maintenir» dans cette affaire. «Ici on parle de 1,8 milliard alors que le scandale du Prodac, c’est 29 milliards. Pourquoi vous ne vous saisissez pas de ce dossier ?», interpelle-t-il Antoine Diome. «Dans le dossier du Prodac, vous serez seul. Vous ne verrez pas les avocats de la Ville de Dakar. Nous serons dans la masse des citoyens qui seront là à applaudir. Allez fouiller le Prodac et laissez-nous tranquilles dans ce dossier !», a ajouté Me Gaye sous le regard zen de l’Agent judiciaire de l’Etat.
Auparavant, Me Baboucar Cissé a martelé que l’Etat va rester dans ce dossier car ayant subi un préjudice. A la défense, l’avocat de l’Etat a assené vigoureusement : «Si l’Etat vous gêne, vous allez souffrir, parce que nous ferons face.»
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here