PARTAGER

C’est un mal qui ronge quasiment le système hospitalier sénégalais : le déficit de médecins spécialistes. A Diourbel, les acteurs de la santé et certains chefs de services médicaux, ont souligné cette réalité à l’occasion de la Revue annuelle conjointe (Rac) pour le secteur de la santé. «Nous constatons surtout qu’il y a des gaps en médecins spécialistes tels que les gynécologues, les pédiatres, les neurologues. Mais, avec l’avènement de l’hôpital de Touba et l’ouverture du service pédiatrique de l’hôpital Heinrich Lübke, la situation pourrait être améliorée», espère le médecin de la Région médicale de Diourbel.
De manière générale, la situation de la zone n’est guère reluisante si on regarde les autres indicateurs. D’après Dr Mama­dou Dieng, la carte sanitaire de Diourbel de 2017 à 2020 fait état d’un besoin de 8 hôpitaux, 17 centres de santé et 20 nouveaux postes de santé ainsi que 12 cases de santé qui doivent être érigées en postes de santé. «Ces besoins, poursuit-il, s’explique par les paramètres démographiques de la région.» Lors de cette rencontre, Dr Dieng a aussi fait la situation des indicateurs sanitaires et réalisations faites dans la région de Diourbel en 2019. Selon lui, «Diourbel dispose actuellement de 3 hôpitaux, 8 centres de santé, 100 postes de santé, 108 cases de santé dont 27 non-fonctionnelles et 4 Cprs (Centres de promotion et réinsertion sociale). Le secteur privé représente 60% de l’offre en santé».
Il est alors crucial de renforcer les équipements de la région dont le système est mis sous pression par les sollicitations des autres zones. Il dit : «La région doit pouvoir compter sur un système de santé solide et résilient, la position géographique de la région peut être une source de vulnérabilité.»
Par ailleurs, Dr Mamadou Dieng annonce la réalisation de nouveaux projets de structures et services pour combler les gaps et améliorer les offres de soins et de services. «Nous avons prévu la construction d’un nouvel hôpital à Touba sur la route de Darou Mouhty avec une capacité de 300 lits, financé par l’Etat du Sénégal à hauteur de 40 milliards de F Cfa. Il y a aussi un projet de construction de réanimation, bloc opératoire et maternité pour un montant de 6 milliards 500 millions de F Cfa», rassure-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here