PARTAGER

La tension politique latente n’inquiète pas que les religieux de tous bords qui appellent à l’apaisement. Le Quotidien a appris que les 7 observateurs, qui avaient été cooptés par le Conseil constitutionnel pour la vérification du parrainage, et d’autres organisations de la Société civile comptent rencontrer les cinq candidats à la Présidentielle pour un dialogue autour des «questions essentielles» pour une campagne et un scrutin sans violence. Il faut dire que Pr Babacar Guèye et Cie étaient déjà dans une dynamique d’ouvrir des pourparlers entre l’opposition et le pouvoir. C’est dans ce sens qu’ils avaient rendu visite au C25 au siège de son coordonnateur, Malick Gakou. Mais ces derniers jours, à la suite des actes de violence notés de part et d’autre, tout semble s’accélérer pour mettre les protagonistes autour de la table. Et c’était l’objet, confie-t-on, d’une réunion tenue jeudi dernier et en présence d’autres leaders de la Société civile comme Alioune Tine. Même si les acteurs de la Société civile n’ont pas souhaité donné de détails ni un calendrier, les premiers jalons devraient commencer, espèrent les médiateurs, «avant le début de la campagne électorale» prévu le 2 février à zéro heure. Des sources proches du Palais soufflent que le président de la République et candidat sortant se dit «ouvert» et «disposé» à recevoir la Société civile.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here