PARTAGER

L’administrateur de l’Apr trouve légitime que le Président Macky Sall et ses homologues de la Cedeao cherchent des solutions à la crise au Mali. A ce titre, Pape Maël Thiam regrette la sortie des leaders du Crd.

«Franchement, je suis désolé de constater que des Sénégalais restent exilés dans les ténèbres du nihilisme», a réagi Pape Maël Thiam pour répondre au Congrès de la renaissance démocratique (Crd). Cette plateforme de partis d’opposition avait «disqualifié» Macky Sall dans la médiation entreprise par 5 chefs d’Etat de la Cedeao pour résoudre la crise politique au Mali. Abdoul Mbaye, Thierno Alassane Sall, Mamadou Lamine Diallo, Pape Sarr et consorts accusent le président de la République de «plusieurs manipulations de la Constitution et l’organisation d’élection truquées». Pour l’administrateur de l’Alliance pour la République (Apr), invité hier du «Jury du dimanche» d’IRadio et Itv, les membres du Crd sont des politiciens en «perte vertigineuse de vitesse» et «auraient pu se priver de faire ce commentaire parce qu’il s’agit du président de la République du Sénégal». Il dit : «A l’intérieur du pays, les enjeux politiques peuvent nous amener à des débats de ce genre. (Mais-là), il s’agit du président de la République qui est allé, au nom du Sénégal, au secours d’un pays frère en difficulté. Ils devraient s’abstenir de faire ce genre de déclarations. C’est dommage, mais c’est la preuve encore une fois de l’esprit qui sévit dans cette organisation.» M. Thiam, également 1er vice-président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), estime qu’il ne faut pas rêver qu’on règle la crise malienne «d’un coup de baguette magique». Il ajoute : «On va vers une conférence de la Cedeao (aujourd’hui). Attendons les résultats de celle-ci qui seront attachés aux résultats obtenus par la mission des chefs d’Etat ! C’est mieux que de se lancer dans des critiques qui n’ont de sens que des positionnements.» Il trouve donc «tout à fait légitime» que le Président Sall et ses pairs de la Cedeao puissent prendre l’initiative de trouver une issue à l’instabilité au Mali. «Un problème au Mali, en Côte d’Ivoire, au Burkina peut impacter le Sénégal, et vice-versa. Nous sommes dans une économie sous régionale», justifie-t-il.

«Macky Sall n’est pas seul»
Par ailleurs, le président de la République «n’est pas seul», a tenu à faire savoir Pape Maël Thiam, se démarquant de la confidence que Macky Sall aurait faite à Abdoulaye Makhtar Diop qui a fait cette révélation le 5 juillet dernier au cours de l’émission «Grand jury» de la Rfm. «Nous sommes une équipe qui l’accompagne. Je n’ai pas cette capacité de savoir ce qui a été dit à un entretien auquel je n’étais pas convié. (Mais) nous sommes plus que jamais solidaires autour du président de la République avec nos alliés», a rectifié l’administrateur de l’Apr, ouvrant cependant la porte à un gouvernement d’union.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here