PARTAGER

La ferveur religieuse s’intensifie au 3ème jour de la retraite spirituelle de 10 jours au Daaka de Médina Gounass. Des centaines de fidèles foulent tous les jours le sol de ce lieu éloigné des habitations et où l’insalubrité, la promiscuité et la précarité de l’habitat sont la règle, malgré les efforts de modernisation du site par l’Etat du Sénégal. Face à cette situation, le risque de propagation de maladies est gros. Aussi le service régional de l’hygiène public a-t-il mis les petits plats dans les grands pour une couverture sanitaire préventive. Le capitaine Yaya Sonko, son patron régional, a dévoilé un pan de ce dispositif. Il renseigne : «Nous avons 24 éléments sur les lieux, qui érigent des barrières contre l’introduction de certaines maladies. Par la surveillance alimentaire, la surveillance de l’eau et la désinfection.» Il poursuit : «Nous souhaitons que les pèlerins viennent avec zéro affection et repartent avec zéro affection.» Pour y arriver, «nous avons procédé à la distribution de kits d’hygiène et de lavage des mains et nos éléments sensibilisent en permanence sur la nécessité de se laver les mains». Et puis, pour la consommation et la conservation de l’eau, des conseils pratiques sont donnés à travers les différents sites d’hébergement des pèlerins. Et enfin : «La lutte anti vectorielle intra et extra domiciliaire a aussi commencé pour éliminer toutes les larves et insectes susceptibles de causer des nuisances et maladies.» Le commerce n’est pas en reste. «Toutes les denrées alimentaires impropres à la consommation sont systématiquement retirées et les propriétaires sont soumis au paiement d’une amende forfaitaire», a-t-il renseigné.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here