PARTAGER

Après les avoir présentés à la presse hier, la police, par l’entremise de la Division des investigations criminelles (Dic), a présenté au procureur de la République les présumés meurtriers de l’étudiant marocain, Mazine Chakiri. Abba Diédhiou, élargi de prison en janvier dernier, est présenté comme le principal suspect de ce meurtre qui concerne plusieurs personnes qui risquent de comparaître devant une Chambre criminelle du fait des chefs d’accusation visés par les limiers.

Les chefs d’accusation visés par les limiers de la Division des  investigations criminelles (Dic) ne devraient laisser aucune chance de liberté aux présumés bourreaux de l’étudiant marocain Mazine Chakiri. Les délits ont pour noms «meurtre, vol commis la nuit en réunion, association de malfaiteurs, recel de malfaiteurs, non-dénonciation d’un crime».
Hier, en présentant à la presse les présumés mis en cause qui sont déférés au Parquet, le chef du Bureau des relations publiques (Brp) de la police a indiqué que «Abba Diédhiou, élargi de prison le 13 janvier 2017, après avoir purgé 2 ans de prison ferme, est présumé être le meurtrier de l’étudiant marocain». L’adjudant Henri Boumy Ciss poursuivra son propos en annonçant que le sieur Diédhiou «a reconnu sa participation à d’autres agressions commises contre des agences de transfert Wari dans les quartiers Point E, Fann Hock et Fass Delorme et contre des personnes». Abba Diédhiou, au cours de son interrogatoire par les enquêteurs de la Dic, n’a pas manqué de préciser «qu’il agissait avec une bande de cinq personnes». L’adjudant Ciss livrera à la presse le nom de quatre d’entre eux : Ibrahima Cissokho, Ablaye Ndiaye dit Laye Sané, pourvoyeur du scooter, El Hadj Talibé Diallo alias Domoda et Oumar Faye alias Sakett. Dans ce lot d’une dizaine de personnes visées par l’enquête des limiers de la Dic, un suspect est en fuite et est activement recherché par la police.
Les mis en cause dans le meurtre de l’étudiant marocains ont été formellement identifiés par leurs victimes, renseigne la police. «Tous les objets émanant de ces attaques, à l’issue du partage du butin, étaient vendus au marché de Colobane auprès des ‘’market-men’’», explique l’adjudant Henri Boumy Ciss.
Des armes ont été retrouvées chez les agresseurs dont celle du crime, un couteau qui était par-devers Abba Diédhiou. Les limiers ont également retrouvé des machettes et deux cornes de même qu’un document (un certificat de mise en circulation d’un scooter de marque Piaggio et un autre de marque Gilera Runner). Tout comme ils tomberont sur des recettes des devises de la commune de Gueule Tapée.
La police annonce que 15 victimes ont été auditionnées et que certaines parmi elles ont pu récupérer leurs téléphones portables et des numéraires. Elle a aussi mis, parallèlement à cette enquête, la main sur un individu avec un lot important de téléphones portables (92 appareils).
Par ailleurs, la bande à Mansour Diop dit «Thialé» a été mise hors d’état de nuire. Celle-ci écumait, selon la Rfm, les zones de Grand-Yoff, Mbao et les Parcelles Assainies. Elle risque, elle aussi, le mandat de dépôt de lourdes charges à son encontre.
La police informe enfin que tous ces présumés mis en cause ont bénéficié de l’assistance d’un avocat dès leur interpellation, en application de la directive de l’Uemoa.

mdiatta@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here