PARTAGER

Le commandant de la Brigade de gendarmerie de Koumpentoum a été froidement tué par une bande armée de fusils d’assaut qui voulait braquer le bureau de la Poste de la commune.

Koumpentoum, située à quelque 100 km de Tambacounda, est figée dans la douleur. Le temps s’est presque arrêté, étouffant les populations et les autorités qui n’ont pas dissimulé leur colère. Hier, un groupe de malfaiteurs a assassiné le commandant de la Brigade de gendarmerie qui a repoussé ses craintes et ses limites pour empêcher le braquage de Poste-finances de la commune. Il a été atteint à la tête avant de rendre l’âme sur le coup et d’être acheminé à l’hôpital régional de Tambacounda. Ensuite, il a été transporté à Dakar pour une autopsie avant sans doute les hommages de la Nation qu’il a servie jusqu’à son dernier souffle. Il ne faut pas oublier que 4 autres personnes, dont 3 pandores, ont été aussi blessées durant l’attaque. Lesquels sont internés au centre de santé de Koumpentoum. Mais celui qui se trouve dans un état jugé plus grave a été évacué à Dakar.

Tamba, nid de malfrats
Bien sûr, Tamsir Sané est parti en respectant jusqu’au bout la devise de son corps : «Dans l’honneur au service de la loi». En cette nuit du jeudi, l‘officier de Police judiciaire a tenté de neutraliser une bande de lâches qui veulent construire leur existence à coups de braquage. Ils étaient armés de fusils d’assaut quand ils ont pris d’assaut le bureau de Poste de la ville. Saisis, Tamsir Sané et ses hommes ont tenté de repousser l’attaque. Mais ils se retrouveront en face de délinquants aussi déterminés qu’habiles dans l’exercice de tir. Dans les échanges de tirs, ils réussiront à l’atteindre mortellement. «Ils étaient lourdement armés. L’opposition faite à la réalisation de leur forfait a provoqué un échange de tirs nourris, entendus durant toute la nuit», raconte une source.
Aujourd’hui, le mur de clôture de la mission catholique, située en face du bureau de Poste, garde les stigmates de cette nuit tragique : les trous creusés par les balles sont visibles et relatent de l’intensité du combat. Oui, la traque de la bande a commencé. Les éléments de la Légion Est sont tous sur la zone pour quadriller la contrée afin de mettre la main sur les auteurs de ce crime. Le commandant de la Légion Est himself est sur le terrain pour superviser cette chasse à l’homme qui a reçu évidemment la bénédiction du gouverneur de Tamba, du procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Tamba, qui ont procédé à la levée du corps du défunt commandant de la Brigade de gendarmerie de Koumpentoum.

Sidiki Kaba : «Les auteurs seront traqués, débusqués, arrêtés et punis»
Cette persistance des attaques armées tétanise les populations. «Nous ne savons plus à quel saint se vouer, si c’est ceux qui nous protègent qui sont maintenant tués. C’est affreux et cruel», s’inclinent-elles en espérant de jours moins sanglants. Cette tentative de braquage rappelle une série d’attaques menées par des malfrats qui visent souvent des bureaux de Poste. Les bureaux de Golmy, de Ballou, de Bakel ont été visités ces derniers mois et ont fait au moins un mort. Sans oublier les préjudices financiers qui deviennent presque accessoires face à la dernière tragédie qui a ému Sidiki Kaba, ministre des Forces armées, qui a débarqué à la Brigade de gendarmerie de Koumpentoum pour essayer de réconforter les éléments sur place. En même temps, il a tenu un discours ferme en annonçant qu’il ne laissera pas impuni ce crime crapuleux. «Les auteurs de cet acte seront recherchés, débusqués et punis conformément aux dispositions légales du pays. La sécurité relève des éléments de la sécurité et de la défense. N’empêche, les populations ont un rôle important à y jouer dans le cadre du renseignement. Il faut qu’elles acceptent de collaborer et dénoncer les malfrats qui sont dans les familles», demande Me Kaba qui s’est incliné devant les qualités de Tamsir Sané. «Il était un professionnel avisé qui voulait défendre le bien public et la sécurité des citoyens. Malheureusement, il a été froidement abattu. Perdre un professionnel de la dimension de Tamsir Sané est vraiment regrettable, soutient le ministre. Je sais que vous êtes sous le choc. C’est dur, mais nous partageons avec vous la douleur. Soyez forts et prions pour lui en ce vendredi saint pour que le paradis soit sa demeure éternelle ! Le Cemga, absent du pays, vous exprime toute sa compassion. Mais ce crime ne restera pas impuni», dit-il avec insistance en promettant une meilleure prise en charge des blessés. «Leur cas est bien suivi par les autorités médicales et celles de la gendarmerie. Nous veillons sur eux et leur apporterons tout le nécessaire pour un prompt rétablissement», espère l’ancien ministre des Affaires étrangères.
Dans un communiqué, la Ligue sénégalaise des droits de l’Homme condamne fermement le meurtre de Tamsir Sané «alors qu’il cherchait à empêcher vaillamment avec ses éléments le braquage du bureau Poste-finances de la localité». «La Lsdh est fortement préoccupée par la recrudescence d’une criminalité grandissante au Sénégal et dont la presse se fait l’écho tous les jours. Elle invite l’Etat du Sénégal et toutes les forces de défense et de sécurité de ne ménager aucun effort afin que les auteurs de cet acte ignoble soient rapidement identifiés, traduits en justice et que la loi puisse être appliquée dans toute sa rigueur.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here