PARTAGER

Les producteurs arachidiers du quartier Saré Guilèle, dans la commune de Tambacounda, sont très remontés contre le gouvernement. Face à la presse, ils ont dénoncé le fait que leurs récoltes restent encore invendues. Les producteurs arachidiers de ce quartier sont en colère. Une colère noire qu’ils imputent à l’Etat qui, selon eux, peine à acheter leurs graines, contrairement à ce que soutient le ministre en charge de l’Agriculture et de l’équipement rural. A en croire leur porte-parole, des autorités crient sur tous les toits que la campagne de commercialisation de l’arachide se déroule correctement. «Faux», rétorque Abdoulaye Diouf. «Ici à Saré Guilèle, nous sommes plus d’une centaine de cultivateurs qui attendent toujours la commercialisation de nos graines», fulmine-t-il. «Depuis le 15 janvier dernier, nous avons fini tous les travaux champêtres. Cependant, jusqu’à l’heure où nous vous parlons, aucune graine n’a été commercialisée dans cette contrée», se désole M. Diouf. Très remontés, ces paysans tirent à boulets rouges sur l’Etat et parlent de «sabotage». C’est pourquoi, avertit leur porte-parole Abdoulaye Diouf, «nous attendons les autorités au tournant et saurons quoi faire le moment venu». Il informera aussi que la Copeol est la seule société qui achète les graines dans la commune. Les points de vente mis en place par l’Etat sont tous à l’arrêt, faute de financement. Et poursuit le cultivateur au nom de ses pairs, la Copeol refuse d’acheter leurs graines sous prétexte qu’elle ne leur a pas fourni de semence. «Nous achetons juste pour les paysans qui avaient pris chez nous les semences», leur ont-ils servi. Déboussolés et très ahuris, ils disent ne plus savoir à quel saint se vouer et ne veulent plus entendre dire que la campagne va bien au moment où toutes leurs récoltes commencent à se détériorer, faute d’acheteurs. Actuellement, rien qu’à Sare Guilèle, informe ce jeune paysan très étonné, il y a plusieurs dizaines de tonnes en souffrance dans les maisons. «Nous en avons marre», scandent-ils.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here